Henri LECOMTE est allé rejoindre les esprits qui écoutent…

Print Friendly, PDF & Email

L’ethnomusicologue français Henri LECOMTE, éminent spécialiste de l’Afrique et de la Sibérie, nous a quittés jeudi 21 juin 2018, à l’âge de 80 ans. Depuis 1975, il avait exercé diverses activités regardant les musiques traditionnelles.

Ayant notamment effectué plusieurs voyages et collectages en Sibérie, Henri LECOMTE était l’auteur d’une anthologie des musiques sibériennes chez Buda Musique dont la matière s’étale sur onze CD primés par l’académie Charles-Cros, plus un double album qui était le complément sonore de son ouvrage Les Esprits écoutent. Musiques des peuples autochtones de Sibérie. Très attaché à cette contrée, il avait co-fondé au sein de l’association Sékalan une école nomade chez les Evenk de la taïga en 2004.

Chercheur associé à l’INALCO et au CRLM (Paris IV-Sorbonne) et membre associé du Séminaire d’études ethnomusicologiques de Paris-Sorbonne (Paris IV), il était aussi réalisateur de documentaires musicaux pour la télévision (Ali Farka Touré – Ça coule de source, Le Paris secret des musiques du monde, Musiques de Mongolie, etc.), collaborateur à différentes revues spécialisées (Cahiers d’ethnomusicologie, Diapason, Mondomix, Cahiers de musiques traditionnelles, Geo, Le Monde de la musique, Trad Magazine, etc.) et organisateur de manifestations concernant les musiques du monde.

Avec l’association Musiques des peuples du monde, qu’il avait fondée en 1978, Henri LECOMTE avait présenté une collection personnelle de 250 instruments de musique des cinq continents en milieu scolaire et professionnel en France métropolitaine et dans les DOM-TOM.

Il avait assuré plusieurs collectages ainsi que la direction artistique de plusieurs CD parus chez Buda Musique, notamment ceux de Yoshikazu Iwamoto (flûte shakuhachi), de Waed Bouhassoum (luth et chant), de Mah Demba (chanteuse malienne), d’Adel Shams El-Din (percussions), d’Etsuko Chida (koto), etc.

Outre ses collaborations à divers ouvrages collectifs (Un monde de musiques : Introduction aux musiques traditionnelles, chez Colophon ; Musique et chamanisme dans le Nord et l’Extrême-Orient sibériens dans l’Internationale de l’imaginaire chez Actes Sud…), Henri LECOMTE avait signé trois essais qui ont fait date :  Guide des meilleures musiques du monde en CD (2001), Musiques de toutes les Afriques (2006) et Les Esprits écoutent. Musiques des peuples autochtones de Sibérie.

À l’occasion de la sortie de ce dernier, Henri LECOMTE avait présenté trente et un musiciens issus de dix-sept peuples autochtones au Musée du Quai Branly à Paris et au Quartz à Brest en 2007, et avait participé à une émission sur France musique, Carnet de voyage, Chamanisme en Sibérie : Les Esprits écoutent.

Plus récemment, en mars 2018, Henri LECOMTE avait été invité par les associations Altan-Art et Borealia à participer à une conférence sur les peuples autochtones de Sibérie, à l’occasion du concert donné par le chamane de Touva Nikolay OORZHAK à Paris, au Pan Piper.

L’ethnomusicologie perd l’un de ses représentants les plus illustres. RYTHMES CROISÉS, qui avait chroniqué certains de ses disques de collectage, adresse ses profondes condoléances à sa famille et à ses proches.

Photos Sylvie Hamon : conférence sur les peuples autochtones de Sibérie
au Pan Piper à Paris, le 10 mars 2018

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.