HUONG THANH – Sài gòn Saïgon

Print Friendly, PDF & Email
HUONG THANH – Sài gòn Saïgon 
(Buda Musique)

 

HUONG THANH aime faire découvrir le patrimoine de son pays à travers différents enregistrements et/ou collaborations artistiques. Elle ose aussi emprunter des chemins moins balisés. Ainsi, elle a sorti récemment un nouvel opus (Sài Gon – Saïgon) en compagnie du quintet du vibraphoniste Franck TORTILLER.

Entourée de l’ancien directeur de l’Orchestre National de Jazz (de 2005 à 2008) et des talentueux Bertrand LAJUDIE (piano), Richard METAIRON (contrebasse), Vincent TORTILLER (batterie), Alexandre HERICHON (trompette), la chanteuse propose une nouvelle galette qui mêle jazz et tân nhac, un genre nommé aussi « Musique dorée », né à la fin des années 1930 dans l’ex-Indochine et qui a duré jusqu’au départ des français au milieu des années 1950. C’était un courant qu’on nommait aussi « Nouvelle Chanson vietnamienne ».

Les compositeurs de l’époque, influencés par Vincent SCOTTO, Charles TRENET ou Tino ROSSI, se sont émancipés des gammes pentatoniques pour employer la gamme tempérée et les règles de la composition instrumentale européenne. Ce répertoire forcément marqué par la présence des colons était toujours écouté trente ans après et il est aujourd’hui encore dans la mémoire de beaucoup des compatriotes de l’artiste… avec des arrangements peut-être un peu différents.

À l’adolescence, HUONG THANH écoutait de la musique traditionnelle mais pas seulement… Il y avait aussi toutes ces œuvres qui passaient à la radio et qu’elle avait appris pour beaucoup d’entre elles à l’école. Enregistrer ce disque était donc un vieux rêve. Elle envoie des mélodies avec les traductions des paroles à Franck TORTILLER. Il en a choisi une dizaine. Les paroles évoquent l’amour, des paysages immuables…. L’album comprend plusieurs « tubes » de ces années là… Il y a par exemple Lòng mẹ (L’Amour maternel) ou Biệt Ly (La Séparation). Lang Tôi (Mon village) est un peu l’équivalent du Temps des Cerises pour la France.

La chanteuse a composé et écrit elle-même plusieurs musiques et textes, reliant ainsi sa propre histoire à celle d’une époque révolue.

On rêve maintenant d’une suite et de l’entendre reprendre des titres des grands auteurs des années 1960/1970 comme TRINH CÔNG SON ou PHAM DUY.

Frantz-Minh Raimbourg

Site : www.huongthanh.com

Label : www.budamusique.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.