ISTAN (Julien STÉVENIN / Sylvain BAROU / Ronan PELLEN) – Istan

47 vues
Print Friendly, PDF & Email
ISTAN (Julien STÉVENIN / Sylvain BAROU / Ronan PELLEN) – Istan
(Glazard / Coop Breizh)

Bourlinguer. Ce terme de marine, qui a notamment servi à Blaise CENDRARD à baptiser l’un de ces recueils, s’immisce dans notre esprit à l’écoute de cet album liminaire du trio ISTAN, qui aurait pu lui aussi s’en servir comme titre. Car de musique bourlingueuse il est résolument question ici ! La pochette montre du reste les trois musiciens prêts à prendre leur voiture, une fois finis leurs cafés. Ceux-ci sont du reste consommés sur la pochette arrière, les tasses vides ayant été laissées sur le capot de ladite voiture, qui n’a manifestement pas démarré. Par quel moyen de locomotion le trio a-t-il donc effectué son périple ? Tout simplement en musique, avec leurs seuls instruments.

Car les musiciens d’ISTAN ont en commun d’avoir non seulement un bagage et un parcours communs dans les musiques dites celtiques (bretonne et irlandaise) mais ont aussi cultivé le goût des autres cultures, ont tendu l’oreille aux appels du lointain Orient, ce qui leur a permis de développer leurs talents sur plusieurs instruments et de se constituer un panel instrumental plutôt riche.

Flûtiste virtuose, Sylvain BAROU s’est nourri à la musique irlandaise des PLANXTY et autres BOTHY BAND avant de se passionner pour les ornementations caractéristiques de la musique indienne, découverte auprès de Harsh WARDHAN, et qu’il a transposées ensuite dans la musique bretonne.

Il s’est ainsi retrouvé dans un bon paquet d’aventures musicales émanant du rocher breton, aux côtés notamment de Jacques PELLEN, David PASQUET, les GUICHEN, Denez PRIGENT, a sillonné l’Irlande avec GUIDEWIRES et en trio avec Donal LUNNY et Padraig RYNNE, mais s’est tout autant retrouvé sur des albums de fusion world moyen-orientale (Avaz, de Keyvan CHEMIRANI) indienne chez Prabhu EDOUARD (Kolam), OLLI & THE BOLLYWOOD ORCHESTRA ou encore THALI GANG et GANGA PROCESSION en compagnie de Ronan PELLEN, compagnon de route avec lequel il a déjà pas mal bourlingué au sein de plusieurs formations ainsi qu’en duo (cf. leur album The Last Days of Fall).

De SKEDUZ au HAMON-MARTIN QUINTET en passant par la CELTIC PROCESSION et KEJAJ, Ronan PELLEN a su développer un jeu assez unique au cistre, un instrument à dix cordes de la famille du bouzouki, mais aussi à la viole de gambe, instruments qui, il faut bien le reconnaître, ne sont pas les plus “typiques” des musiques celtiques. Et comme Sylvain BAROU, Ronan PELLEN a trouvé de solides ports d’attache dans les traditions tant irlandaise qu’indienne, de même que dans le jazz.

Le troisième larron, Julien STÉVENIN, a démarré la musique avec la basse électrique puis a opté pour la contrebasse et, d’études en diplômes, a partagé les aventures musicales de formations bretonnes ouvertes aux mondes, comme STARTIJENN, Bertràn OBREE TRIO et EBEN.

Bref, BAROU, PELLEN et STÉVENIN ne se connaissent vraiment pas de la dernière pluie, ils ont eu l’opportunité de partager plusieurs épopées créatives avant de monter leur trio. Et pour tout dire, ISTAN n’est pas non une “formation de passage” (et encore moins de dépannage) puisque le trio sévit sous ce nom depuis 2009.

Une bonne décennie a donc été nécessaire à nos trois bourlingueurs pour se constituer un répertoire commun et l’enregistrer sur disque. C’est désormais chose faite, et ce premier CD donne l’image la plus représentative qui soit de la nature voyageuse de nos larrons.

Tout commence en Terre bretonne, puis vire vers les côtes irlandaises. Mais déjà, sans crier gare et sans même que l’on y prenne garde, un thème turc a servi de point de départ à une suite de kas ha barh vannetais. Les flûtes traversières en bois de Sylvain BAROU se taillent la part du lion, mais les cordes de STÉVENIN et de PELLEN imposent aussi leurs saveurs à la faveur d’écoutes plus attentives.

La ligne d’horizon a donc été tracée, et il ne faut pas longtemps à ISTAN pour rejoindre le port stambouliote et nous projeter derechef sur des terres à cheval entre Occident et Orient, à la découverte de goûteuses chansons kurdes et turques avant de de s’engouffrer dans les méandres langoureux de la musique classique arabe (Samai Bayati) et de la musique mystique soufie. C’est bientôt de suaves et grisants échos d’Irak qui résonnent, puis d’Ouzbekistan (Tanovar), rien moins ! Sylvain BAROU a entretemps troqué ses flûtes traversières, son “low-whistle” et son “uillean-pipes” contre d’autres vents à anches (doudouk, zurna, mey).

Un dernier souvenir irlandais refait surface avant qu’ISTAN n’atteigne l’Inde par procuration avec une imparable reprise de Lotus Feet, un classique du groupe indo-jazz de John McLAUGHLIN, le référentiel SHAKTI. Et usage de la flûte bansuri aidant, cette version de Lotus Feet distille des fragrances similaires à celle que REMEMBER SHAKTI avait enregistré avec le maître flûtiste Hariprasad CHAURASIA sur son album éponyme en 2000.

En chemin, la caravane d’ISTAN a pris à son bord la chanteuse et musicienne Eleonore FOURNIAU, dont le timbre vocal et les ajouts à la vielle à roue, au saz et au davul illuminent la chanson kurde Gulfiros et la chanson turco-irakienne Güzellerden Üç Güzel Var.

Ce premier périple sonore d’ISTAN est tout naturellement dédié à Jacques PELLEN, qui fut un grand compagnon de route de nos trois baroudeurs, et l’une de ses peintures – qui illustre précisément le trio en pleine action – a été reproduite dans un volet de ce digipack.

Il restait des Routes de la soie à parcourir, ISTAN a tracé la sienne en partant du Grand Ouest celtisant et, en quelques souffles de flûtes et quelques pincements de cordes, a franchi le Moyen-Orient ottoman, l’Asie centrale et le continent indien. Vous souhaitiez déconfiner (au moins) vos oreilles ? Ce CD d’ISTAN saura vous redonner le goût des “là-bas” si loins et somme toute si proches.

Stéphane Fougère

Pages : https://fr-fr.facebook.com/istantrio/

www.lennproduction.fr/artistes/istan/

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.