Lamine CISSOKHO – Sunujazz

Print Friendly, PDF & Email
Lamine CISSOKHO – Sunujazz
(Sewa Music)

Lamine CISSOKHO né au début des années 1970 est un joueur de kora sénégalais, né à Ziguinchor en Casamance. Issu d’une famille de griots, il a appris l’instrument avec son père Sana CISSOKHO et le chant avec sa mère Fatoumata DRAME. Ceux qu’on appelle également djeli ou jali sont considérés notamment comme les dépositaires de la tradition orale depuis le règne de Sundjata KEÏTA et l’apogée de l’Empire du Mali au XIVe siècle.

Installé en Suède depuis le début des années 2000, le musicien a participé à différentes formations et enregistré plusieurs CD. Ce nouvel opus, enregistré à Dakar est intitulé Sunujazz. Ce titre provient du mot “Sunu” qui signifie “Notre” en wolof, une des langues parlées dans cette région d’Afrique de l’Ouest et du jazz qui, ne l’oublions pas, puise ses racines sur ce continent. Lamine est ici entouré d’Ibou CALEBASSE (à la calebasse !), de Tobias GRIM (guitare) et de Romi Christian BONABAN (basse).

Si la tradition n’est jamais loin, les mélodies de Sunujazz se tissent de tons et d’accords de jazz, de senteurs orientales et de folk nordique. Les deux compositions qui ouvrent justement cette (trop) courte galette se baladent sur les rives d’un afro-jazz mélodique et séduisant en compagnie du saxophone d’Alain OYONO.

On retrouve avec les titres suivants un dialogue guitare/kora plus classique mais qui ne manque pas d’élégance. Kaira (“Paix”) est un standard de la musique mandingue repris encore aujourd’hui par de nombreux musiciens. Ce morceau qui a une longue histoire derrière lui (Il aurait été créé en 1946 au Mali) fit la célébrité de Sidiki DIABATE, koriste de renom et père de Toumani DIABATE. La version proposée ici rend hommage au regretté Solo CISSOKHO également joueur de kora et se distingue avec l’apport de le flûte d’Ousmane BA.

Autre rencontre ensuite avec les cordes frappées du pianiste suédois Per-Olof RYLANDER pour un joli duo aux couleurs jazz-blues. Sunujazz se conclut de belle façon par un Sosolasso bien chaloupé avec un texte associant le mandingue et le français et la belle compagnie des choristes féminines Diougouna SISSOKHO et et Saga BJORKLÏNG.

Voilà un disque aux couleurs multiples et plein de charme mais qu’on aurait aimé plus long, quand on aime…

Frantz-Minh Raimbourg

Site : https://laminecissokho.net/

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.