LOS WEMBLER’S DE IQUITOS à L’Embarcadère d’Aubervilliers, octobre 2019

Print Friendly, PDF & Email

 
LOS WEMBLER’S DE IQUITOS

Festival Villes des Musiques du Monde

à L’Embarcadère d’Aubervilliers

le 19 octobre 2019

 

Pour sa 22e édition en 2019, le festival Villes des Musiques du monde s’est plu à « redessiner les contours de nos Amériques » (sic) et, pour cette soirée à Aubervilliers (93), a invité une ancienne gloire de la cumbia péruvienne. Créés par Salomon SANCHEZ, à l’origine pasteur et coordonnier, et constitués de ses cinq fils, LOS WEMBLER’S passent en effet pour avoir été les pionniers de la cumbia amazonienne et pour avoir joué un rôle déterminant dans le mouvement Chicha (cumbia péruvienne) de la fin des années 1960.

Né à Iquitos, la capitale de la région Loreto qui est réputée pour être la plus grande ville inaccessible par la route, LOS WEMBLER’S  ont été inspirés par les musiques populaires des nombreuses tribus amazoniennes du Pérou (pandilla, criollo, tahuampa), mais aussi par celles des pays voisins (cumbia colombienne, carimbò brésilienne, joropo vénézuélien, sanjuanito écuadorien), ainsi que par le rock anglais et américain, musiques qu’ils ont découvertes par les émissions radio.

Mêlant instruments traditionnels et instruments électriques acheminés à l’époque par barques sur le fleuve Amazone, LOS WEMBLER’S est devenu très populaire au Pérou durant les années 1970, Il a été de plus le premier groupe à avoir exporté le meilleur de ces musiques hybrides du Pérou autour du monde. Deux de leurs morceaux sont devenus particulièrement populaires grâce aux reprises qu’en ont faites le groupe Los Mirlos, Sonido Amazonico  et La Danza del Petrolero.

Devenus silencieux à la fin des années 1970, LOS WEMBLER’S sont revenus à la charge en 2019 avec un nouvel album, Vision del Ayahuasca (Barbes Records), qui démontre qu’ils n’ont rien perdu de leur fougue. Le concert à Aubervillers présentait donc le répertoire de cet album, avec bien sûr d’anciens classiques du groupe, devant un public averti et nombreux, prompt à se réchauffer sur les rythmes binaires, exotiques et efficaces de la chicha amazonienne.

Texte : Stéphane Fougère
Photos : Sylvie Hamon

Diaporama photos :

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.