MAGMA – 35 ans en 4 semaines

Print Friendly, PDF & Email

MAGMA

35 ans en 4 semaines

Cela se passait en mai 2005, en proche banlieue de Paris, dans la petite salle lilasienne du Triton, dont la capacité d’accueil est inférieure à 200 personnes. Sur une initiative des gérants du lieu – eux-mêmes anciens musiciens d’un groupe obscur des années 1970 qui a profité de la brèche créative ouverte par MAGMA – Christian VANDER et sa bande célébraient leurs 35 ans d’histoire musicale pendant un mois. Quatre semaines, vingt concerts et quatre DVD : le pari pouvait paraître assez fou, mais compte tenu de l’assiduité exacerbée d’une certaine partie du public de MAGMA – pour laquelle le terme « fanatique » semble avoir été taillé sur (dé)mesure – il n’a pas fallu longtemps pour que chacun de ces concerts affiche complet !

Pour être sûr de s’aliéner la fidélité du « chaland kobaïen » (forcément acquise d’emblée, mais sait-on jamais…), il avait été convenu que, chaque semaine, le groupe joue un répertoire différent, de manière à retracer ni plus ni moins tout son parcours. Ce projet, baptisé Mythes et Légendes (titre donné à la première compilation vinyle officielle de MAGMA parue en 1986, sous-titrée Vol. 1, mais restée sans suite…), a dépassé en envergure thématique celle de la Retrospektïw live du début des années 1980 ainsi que celle de la célébration des trente ans au Trianon.

Mais très vite, la segmentation chronologique prévue initialement a dû être un brin bousculée pour différentes raisons. On sait en effet que les plus grosses œuvres de MAGMA ont été globalement composées durant les années 1973-74. Mais il était évidemment hors de question que tous les opus des trilogies Theusz Hamtaahk et Ëmëhntëht-Rê soient joués la même semaine. Et quant on sait de plus que, chez MAGMA, la chronologie de la naissance des compositions peut grandement différer de la chronologie des enregistrements de celles-ci (cf. le premier mouvement de Theusz Hamtaahk, écrit en 1970 mais gravé en version live en 1980, ou encore K.A., composé et vaguement joué sur scène en 1973, mais enregistré en 2004 !), le prétexte était tout trouvé pour prendre quelques libertés avec le concept initial.

Outre la perspective de passer en revue tous les opus majeurs de MAGMA, l’autre intérêt du projet Mythes et légendes – 35 ans de musique est aussi d’avoir ressuscité des pièces jugées plus secondaires, voire boudées ou oubliées. On devine la somme de travail titanesque de répétitions que cela a pu représenter pour tous les membres de la formation actuelle du groupe, d’autant que le temps de répétition fut assez limité.

Le programme de la première semaine était ainsi composé en partie de pièces des deux premiers albums de MAGMA, autant dire sa préhistoire, ce qui a nécessité l’ajout de quelques cuivres, en plus de l’invité d’honneur de la semaine à savoir l’ancien chanteur attitré du groupe M. Klaus BLASQUIZ ! Car l’autre « teaser » de ces Mythes et Légendes était aussi d’inviter chaque semaine un ancien musicien du groupe.

Les performances de Klaus BLASQUIZ en première semaine, de même que celles de Benoît WIDEMANN en troisième semaine, ont assuré de l’éblouissante bonne forme de ces artistes au statut mythique (et légendaire) auprès du public magmaïen, ainsi que de leur attachement à la « cause » vandérienne. Compte tenu de son poids à la fois artistique et spirituel, la présence de Jannick TOP en deuxième semaine a sans doute été la plus attendue… et celle aussi dont l’impact fut le plus nuancé… Mais quoi qu’il en soit, l’honneur a toujours été sauvé et, surtout, la musique honorée à sa haute et magique valeur. On ne peut pas définitivement s’échapper de la zeuhl…

Le Triton, en coproduction avec Seventh Records, le label de la famille VANDER, n’a pas lésiné sur les moyens pour capter en images ce mois-marathon de concerts et en restituer l’intégralité en DVD, à raison de quatre volumes (un par semaine et par répertoire) dont la parution s’est échelonnée sur deux ans, le temps de mener à terme un montage et un mixage scrupuleux. La récente parution du Volume IV de ces Mythes et Légendes filmées achève donc de documenter l’événement en revenant sur l’ultime semaine des concerts tritoniens.

Le programme de cette « Epok 4 » s’avérait cependant plus casse-gueule puisqu’il était censé se focaliser en partie sur les années 1980, que certains considèrent au choix comme une traversée du désert ou un séjour au purgatoire pour MAGMA. Ces années ont été en effet dévouées à une tentative de vulgarisation de l’esthétique magmaïenne, caractérisée par la substitution de sa singularité linguistique autochtone (le kobaïen) pour les plus consensuelles langues française et anglaise et faisant souffler l’esprit des toujours plus accessibles musiques afro-américaines (funk, soul, gospel…) en lieu et place des amples constructions épiques et heurtées qui ont imprimé l’essence de la « muzik zeuhl ». La pilule n’est guère passée, mais s’est heureusement dissoute en une nouvelle aventure musicale, OFFERING, soit l’alter-ego jazzy et acoustique de MAGMA.

Courageusement, la quatrième semaine des Mythes et Légendes au Triton n’a donc pas fait l’impasse sur la « période maudite » de MAGMA, au risque de diviser les fans, ou d’en perdre, d’autant qu’aucun invité de marque n’avait été annoncé cette fois (à l’exception d’un duo de cuivres venu en renfort sur le répertoire de la première semaine, et qui avait déjà fait bonne impression). Les fans se seraient-ils contentés de voir s’achever pareille célébration sur les notes de piécettes aussi « problématiques » que You ou Do the Music ? Certes non, mais le tant décrié album Merci a tout de même été revisité avec le sympathique hommage en chanson (française) à Otis (même si le cri de VANDER dans cette version live fait moins sursauter que dans la version originale) et avec la solennelle et troublante litanie piano-voix The Night We Died, précédée pour l’occasion d’un thème pianistique composé par Fred D’OELSNITZ (In a Dream). On regrette toutefois que le temps (ou l’envie) ait manqué pour ressortir Eliphas Levi du placard…

Pour le reste, MAGMA a sorti ce qui lui restait de grosse artillerie en déterrant Zëss. Ce morceau-OVNI d’une demi-heure, mais encore inachevé, figurait déjà dans le Concert Bobino puis fut repris dans une version abrégée par LES VOIX DE MAGMA au début des années 1990. La version qui en fut livrée au Triton correspond globalement à celle jouée à Bobino, avec son intro extatique voix-cuivres-nappes puis sa longue et hypnotique trame rythmique rectiligne à peine perturbée par quelques breaks et, tout de même, un solo de guitare de James Mc GAW.

Loin de la structure fragmentée d’un MDK ou des progressions harmoniques sur une rythmique à contre-temps d’un Köhntarkosz, Zëss cultive un climat autrement rituel quasi vaudou, avec un Christian VANDER en vacances de ses baguettes (tenues pour l’occasion par Antoine PAGANOTTI) qui, des coulisses et portant un masque, livre une pompeuse déclamation digne des guerriers de l’époque romaine avant de se montrer sur scène pour éructer des litanies improvisées en série.

C’est une autre facette de MAGMA que montre Zëss, une autre étape de son parcours… et théoriquement sa prochaine étape discographique, une fois que Ëmëhntëht-Rê aura été définitivement enregistré.

Enfin, à défaut d’avoir inauguré de nouvelles compositions (pourtant envisagées dans le répertoire de cette quatrième semaine de concerts, mais abandonnées par manque de temps), le second set de ce quatrième programme de Mythes et Légendes fut entièrement consacré à l’interprétation de K.A., chronologiquement hors sujet, mais s’agissant du dernier album en date, il a eu au moins le mérite de remettre tout le monde d’accord sur un terrain désormais connu, alleluia Kobaïa !

La toute dernière soirée de ces concerts tritoniens a de plus réservé une surprise de taille : rien moins qu’un troisième set avec des reprises de morceaux des semaines précédentes, avec les « special guests » de retour (les cuivres, BLASQUIZ, TOP – il manquait juste Benoît WIDEMANN, retenu par ailleurs). C’est ainsi que sur l’ultime rappel (l’inusable Kobaia), pas moins de seize musiciens ont envahi la petite scène du Triton, qui n’en avait jamais accueilli autant (et ne refera pas ça tous les jours) ! Ce miracle de la nature fut également filmé et figure dans ce DVD, témoignage d’un ultime moment de liesse partagée entre les musiciens et leur public éternellement reconnaissant, à vie, à mort, et après…

En termes de qualité technique et artistique, les images (et le son) de ces Mythes et Légendes surpassent largement toutes les précédentes captations vidéo officiellement parues sur MAGMA. Quand on connaît l’exiguïté de la salle du Triton (qui ne correspond certes pas à un « stade antique »…), on est étonné par la diversité et l’originalité des prises de vues qui, à défaut de livrer des cadres panoramiques, travaille la profondeur de champ et les plans rapprochés sur les musiciens et leurs instruments avec beaucoup d’acuité. Du reste, et tout comme son prédécesseur, le Volume IV permet de regarder le jeu de Christian VANDER « de l’intérieur de la batterie » (sic) sur la dernière partie de K.A. (Om Zanka). Avis aux batteurs en herbe… Il faut aussi souligner dans ces concerts le jeu sur les lumières qui ajoute ce qu’il faut de sombre mystère ou d’incandescence vibratoire.

De même, les images prises en coulisses, avant ou après le concert, ou pendant la pause entre deux sets, éclaire l’image du groupe sous un jour plus convivial, à cent lieues des mythes spartiates et sectaristes qui ont couru à l’époque sur MAGMA. C’est assurément l’image d’un groupe « familial » que l’on retiendra de ces images, même si, depuis, la famille a changé de visage, certains membres étant partis vivre d’autres aventures…

Les quatre DVD des Mythes et Légendes forment donc un somptueux album-souvenir de cette formation qui détient le record historique de stabilité dans toute l’histoire du groupe. Qui sait si elle ne sera pas perçue plus tard comme un mythe, une légende de plus…

Réalisé par: Stéphane Fougère – Photos: DVD
(Article original publié dans TRAVERSES n°24 – octobre 2008)

MAGMA – Mythes et Légendes, Volumes I, II, III et IV (DVD)
(Seventh Records / Harmonia Mundi)

Label : www.seventhrecords.com

 

 

 

Laisser un commentaire