MAGMA – BBC 1974 Londres (AKT XIII)

258 vues
Print Friendly, PDF & Email
MAGMA – BBC 1974 Londres (AKT XIII)
(Seventh Records)

Effet cinquantième anniversaire de MAGMA oblige, le label Seventh Records réédite et remet à disposition les enregistrements du groupe, studio comme live, y compris ceux, “brut de fonte” (sic), qui sont sortis dans la collection AKT. C’est donc au tour du treizième volume de cette dernière de se voir réédité en 2020 en version remastérisée, au cas où certains fans fraîchement débarqués ne le connaîtraient pas encore. Ceux-là ont tout intérêt à profiter de l’occasion, car cet AKT XIII, originellement paru en 1999, met à jour un document de premier choix pour la gent kobaïenne en délire, à savoir la session enregistrée par MAGMA pour la BBC à Londres en mars 1974 et qui, auparavant, n’était disponible que sur un bootleg plutôt rarissime.

Cet enregistrement a donc été effectué lors d’une tournée en Grande-Bretagne qui, au départ, était prévue en janvier 1974, mais a dû être reportée pour cause de grève ! Le groupe a donc commencé l’année 1974 par une tournée qui est passée par la France, l’Allemagne et la Belgique avant d’arriver enfin en Grande-Bretagne fin février, et ce jusqu’à mi-mars. Cette tournée a ainsi précédé l’entrée en studio pour la réalisation du LP Wurdah Itah en avril, et de Köhntarkösz en mai. C’est dire si 1974 fut une année très productive pour MAGMA.

Cette archive met à l’honneur une formation resserrée de MAGMA qui tranche avec celle, plus opulente, qui avait enregistré Mekanik Destruktiw Kommandoh l’année précédente. Délesté de ses chœurs féminins et de ses vents, MAGMA apparaît tel un “Minimâhl Kommandoh”, composé de Klaus BLASQUIZ au chant principal et aux percussions, Claude OLMOS à la guitare, Michel GRAILLIER au piano Fender et aux claviers, Gérard BIKIALO à l’autre piano Fender, Jannick TOP à la basse et Christian VANDER à la batterie et au chant. Cette formation n’a été active que durant quatre mois, Claude OLMOS ayant quitté le groupe fin avril.

Le répertoire habituellement joué lors des concerts de cet hiver 1974 n’est pas présenté en intégralité dans cette session BBC puisqu’elle ne contient que deux pièces, mais non des moindres, à savoir Theusz Hamtaahk et Köhnhtarkösz ! Et bien que ces deux compositions figurent déjà dans d’autres albums live, cette archive n’est absolument pas redondante, car Theusz Hamtaahk, qui n’a jamais été gravé en studio, y apparaît dans une première mouture encore incomplète, de même que Köhntarkösz.

Ces “versions BBC” sont ainsi plus courtes que celles déjà connues, mais intègrent paradoxalement des sections qui ont été gommées par la suite. C’est le cas pour le final de Theusz Hamtaahk, de même que pour celui de Köhntarkösz. Sur ce dernier, on y entend Klaus BLASQUIZ entonner de singuliers “alleluias” provenant d’une pièce inédite, Gamma Anteria, justement révélée par l’album Inédits publié en 1977. Une autre section incluse dans la première moitié de cette version BBC de Köhntarkösz nous était de même connue à travers le morceau Om Zanka, lui aussi découvert avec Inédits.

On ne le savait pas encore à l’époque, mais ces deux pièces étaient en fait des fragments d’une composition épique écrite par Christian VANDER mais vite abandonnée (bien que jouée sporadiquement sur scène en 1973), et qui a refait surface dans les concerts du groupe dans les années 2000, puis a fait l’objet d’un enregistrement en 2004, je veux parler bien sûr de K.A., soit Köhntarkösz Anteria.

Cela signifie que VANDER, bien qu’ayant abandonné Köhntarkösz Anteria, en a dans un premier temps conservé quelques fragments qu’il a inclus dans Köhntarkösz avant de les retirer et de les remplacer par d’autres nouvelles séquences lors de la gravure studio de cette composition. En résumé, ce BBC 1974 Londres donne à écouter deux “works in progress” et se révèle être une bénédiction pour tous ceux qui cherchent à reconstituer la genèse des plus ambitieux opus de la Zeulh Wortz.

De plus, ce qui caractérise cette session BBC est son climat très particulier, et à vrai dire peu coutumier de ce que MAGMA donnait à entendre sur scène à l’époque. Theusz Hamtaahk avance d’un pas lourd et lent, comme collé au sol, imbibé d’énergie chtonienne, tandis que Köhntarkösz plane dans l’éther, enveloppé d’onctueux et capiteux soli de claviers (GRAILLIER et BIKIALO rayonnent !)… Est-ce le fait de jouer “live en studio” ?

Toujours est-il que MAGMA se laisse aller à des ambiances plus “space” qu’à l’accoutumée, à croire que le climat anglo-saxon a eu pour effet de transformer Kobaia en une “Machine molle” et la navette magmaïenne en théière volante ! Le brouillard anglais est décidément troublant, a fortiori lorsque viennent s’y ajouter les tintements du clocher de Big Ben. « J’ai toujours aimé les cloches ; elles me hantent… » a dit un jour Christian VANDER. Ça n’a pas raté… Car “hanté” est en vérité cette session BBC ! Christian VANDER aurait dit à son sujet dans un entretien qu’elle avait eu lieu tôt le matin et que le groupe n’était pas très réveillé…

Il est clair que les versions ultérieures de ces deux opus ont gagné en tension obsessionnelle et en dynamisme. Que l’on se reporte par exemple à la version de Theusz Hamtaahk du concert à l’Opéra de Reims en 1976 (AKT XI) ou à la version de Köhntarkösz du fameux Hhaï Live à la Taverne de l’Olympia. De plus, d’autres archives sonores récemment publiées – le double CD Zühn Wöhl Ünsaï (paru en 2014), qui contient le concert presque complet enregistré par Radio Bremen en Allemagne en février 1974, et le double CD Marquee Londres 1974 (AKT XVIII), qui documente un concert donné trois jours après cette session BBC – sont venues témoigner que le groupe avait une “gnaque” autrement plus incisive et sauvage lors de cette tournée hivernale de 1974.

Ce BBC 1974 Londres n’a cependant rien d’un naufrage. Au contraire, MAGMA y distille une énergie différente, et la qualité sonore assez exceptionnelle de cette captation radio donne un savoureux relief aux forces musicales en présence en même temps qu’elle fait ressortir toute la mystérieuse magie qui se dégage de cette troublante session BBC.

De toutes les archives publiées dans la collection AKT, ce BBC 1974 Londres se démarque autant par la clarté et l’excellence de son enregistrement que par l’atmosphère si envoûtante de sa musique. On y découvre ni plus ni moins un autre aspect de la possession et de l’exaltation.

Stéphane Fougère

Site : www.seventhrecords.com

(Chronique originale publiée dans
TRAVERSES n°4 – juillet 1999
et remaniée en 2020)

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.