Marthe VASSALLO, Maryvonne La Grande, à la Mission Bretonne à Paris, septembre 2020

52 vues
Print Friendly, PDF & Email
 
Marthe VASSALLO

Maryvonne La Grande

à la Mission Bretonne à Paris,

le 12 septembre 2020

On connaissait Marthe VASSALLO la chanteuse, mais avec ce spectacle, c’est Marthe VASSALLO la raconteuse, la portraitiste, voire l’enquêtrice qui prend la parole, révélant, à travers des textes originaux et des archives, le destin de Maryvonne MAINGUY, dite LE FLEM, ou encore Marivon VRAZ, alias “Maryvonne la Grande”.

Cette femme a réellement existé et est née au lieu-dit Crec’h Morvan à Port-Blanc, Penvénan (Côtes d’Armor), il y a quelque 175 ans. Elle a fait partie de ces “gens de peu” (on la cataloguerait aujourd’hui parmi “ceux qui ne sont rien”) Goémonière, aide-maçon, mère célibataire, femme de pêcheurs d’Islande, elle était analphabète mais adorait raconter et chanter. Elle serait restée magistralement inconnue si elle n’avait croisé le chemin d’Anatole LE BRAZ – l’auteur de la Légende de la Mort – et le musicien, militant et homme politique Maurice DUHAMEL, qui a recueilli plusieurs dizaines d’airs de ses chansons ainsi que ses propos, réflexions et souvenirs sur elle-même et sur les autres.

Marthe VASSALLO avait déjà réalisé un livre-disque (Les Chants du livre bleu) consacré au recueil de mélodies populaires bretonnes Musiques bretonnes (1913) de Maurice DUHAMEL. C’est ainsi qu’elle a “rencontré” Maryvonne, qui apparaissait dans les partitions de DUHAMEL sous différents noms. En recoupant les informations recueillies dans les documents de DUHAMEL et de LE BRAZ, Marthe VASSALLO a pu, sans recourir à la fiction, réaliser un portrait en paroles de la “géante” de Crec’h Morvan, conter son parcours et bien sûr interpréter ses chansons, lesquelles ponctue ce spectacle à l’origine déambulatoire (elle l’a donné sur le lieu même où a vécu Maryvonne), mais que Marthe a réarrangé pour se produire ce soir-là en intérieur,  dans la salle de la Mission bretonne, à Paris.

À l’aide de seulement quelques accessoires et supports (une table, un livre, un pichet, une tasse, des reproductions de pages et de l’unique dessin-portrait connu de Maryvonne, ainsi que de bien utiles pinces à linge…), Marthe VASSALLO a restitué non pas la légende, mais la forte personnalité et l’humanité de Maryvonne et nous a révélé une obscure page d’histoire d’un monde de labeur dont le souvenir s’éloigne irrémédiablement.

Avec son fort émouvant spectacle Maryvonne la Grande, Marthe VASSALLO  ne nous aura peut-être pas tout appris sur Maryvonne (peut-on tout savoir de quelqu’un ?), mais elle nous a permis de créer des liens avec cette ancienne conteuse et chanteuse. On aura fait sa connaissance, on aura mesuré ce qui nous rapproche d’elle tout en évaluant sa singularité, sa différence. Les années passent, les sociétés changent, les modes de vie se transforment, mais il reste le savoureux mystère des rencontres au-delà de l’espace et du temps…

Texte : Stéphane Fougère
Photos : Sylvie Hamon

Diaporama photos :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.