MOVING HEARTS – Live in Dublin

45 vues
MOVING HEARTS – Live in Dublin (DVD + CD)
(Rubyworks)

Signe des temps, les grosses pointures irlandaises des décennies antérieures se rappellent à notre bon souvenir. Après la réunion surprise de PLANXTY, groupe phare du folk-trad irlandais des 70’s, c’est au tour de MOVING HEARTS de ressusciter, ce qui paraît logique quand on sait que les deux groupes ont un lien de parenté. Ce sont en effet deux membres de PLANXTY, Christy MOORE et Donal LUNNY, qui sont à l’origine de MOVING HEARTS, formé en 1981. Cela dit, si PLANXTY cultivait un son acoustique et enraciné dans la tradition irlandaise, MOVING HEARTS s’est engagé dans la voie ouverte par HORSLIPS, à savoir un son folk électrifié, car combiné avec la pop et le rock, et auxquels s’ajoutent de forts accents jazz, de par la présence du saxophoniste Keith DONALD. Les duos (unissons ou dialogues) que ce dernier a développés avec le « piper » Davy SPILLANE constituent notamment la marque de fabrique du son de MOVING HEARTS, qui fut novateur pour l’époque.

Comptant trois LP studio plus un disque live, la carrière du groupe a été aussi courte que mouvementée, en proie à de fréquents changements de personnel. Mais la grande audace du groupe a été, après les départs du chanteur Christy MOORE, puis de son remplaçant Mick HANLY, d’opter pour une formation sans chanteur, donc totalement instrumentale, qui a engendré le sommet discographique de MOVING HEARTS : The Storm (1985).

Plus inspiré encore que ses prédécesseurs par la musique traditionnelle irlandaise, ce disque compte parmi les références de l’Irish Folk moderne. La formation s’était alors encore étoffée, ajoutant un deuxième piper, un guitariste et un percussionniste. Mais c’est précisément la taille du groupe qui a freiné ses perspectives de tournées. Après 1984, le groupe ne s’est trouvé sur scène qu’à de très rares occasions, avec une formation encore modifiée, intégrant notamment la chanteuse Flo McSWEENEY pour le concert d’adieu en 1990.

Mais comme les adieux ne sont que des « farewell », le groupe s’est reformé en 2007, apparemment sur l’initiative de Keith DONALD et de Noël ECCLES, se produisant à guichets fermés au Vicar Street de Dublin, dans une formation proche de celle de The Storm, c’est-à-dire instrumentale. Ce n’est donc pas cette fois qu’on retrouvera la voix chaude et les textes engagés de Christy MOORE.

Outre le saxophoniste et le percussionniste cités plus haut, Donal LUNNY, Davy SPILLANE, le batteur Matt KELLEGHAN et le bassiste Eoghan O’NEILL ont repris leurs postes, et sont complétés par le guitariste Anto DRENNAN, le « fiddler » Kevin GLACKIN et le claviériste Graham HENDERSON. Ce sont donc pas moins de neuf musiciens qui composent ce MOVING HEARTS cru 2007 !

Impeccablement filmé et enregistré, ce concert à Dublin procure la même sensation que le concert de réunion de PLANXTY paru en 2004, à savoir celle d’une grande charge émotionnelle partagée entre le public et les musiciens. Certes, le temps a passé. Donal LUNNY et Matt KELLEGHAN se sont coupé la moustache, Davy SPILLANE s’est rasé la tête, mais le son MOVING HEARTS est toujours là, plus étoffé que jamais.

Le répertoire fait évidemment la part belle à l’album The Storm, dont l’intégralité est jouée, et des disques précédents n’ont été retenus que les pièces instrumentales (les trois du premier album, plus une du deuxième). Les pièces ont été réarrangées, et certaines ont même été généreusement prolongées (Finore, Tribute to Peadar O’Donneill, Downtown, McBrides et The Storm en flamboyant final).

La version CD offre un autre angle d’écoute du concert, vu que l’ordre des morceaux a été modifié. Ainsi le CD démarre-t-il par la fameuse suite The Lark, alors que sur le DVD, le concert commence bel et bien par May Morning Dew, sublime de langueur méditative. Il fallait oser commencer le concert par un tel morceau !…

Un historique du groupe, construit à partir d’interviews des musiciens et des photos d’archive, ainsi que des commentaires de Donal LUNNY sur le choix de la set-list du concert, constituent les bonus de ce DVD éminemment recommandable.

Stéphane Fougère

(Chronique originale publiée dans
ETHNOTEMPOS n°38 – Printemps 2008)

 

YouTube player

 

YouTube player

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.