Omara PORTUONDO et Maria BETHÂNIA – Omara PORTUONDO et Maria BETHÂNIA

29 vues
Print Friendly, PDF & Email
Omara PORTUONDO et Maria BETHÂNIA – Omara PORTUONDO
et Maria BETHÂNIA
(Biscoito Fino)

L’affiche avait de quoi faire rêver: la diva cubaine du BUENA VISTA SOCIAL CLUB (surnommée aussi “la fiancée du filin”) avec la grande chanteuse bahianaise, soeur de Caetano VELOSO et véritable icône de la chanson tropicaliste. Mais cet bel album va bien au-delà d’une rencontre historique entre deux des plus grandes chanteuses actuelles.

Il marque aussi les retrouvailles des chansons cubaines et brésiliennes qui au cours des années 1950 s’étaient enrichis respectivement pour donner naissance et à la bossa-nova et au filin (déformation de “feeling”) cubain.

En 2005, lors d’un séjour au Brésil, Omara PORTUONDO exprime son rêve de chanter avec Maria BETHANIA, désir qui va se concrétiser deux ans plus tard à Rio, au cours d’une cession d’enregistrement à l’ambiance familiale et complice.

Ce disque propose des filins, des bossa-novas, crées entre 1940 et 1970. L’orchestration plutôt épurée permet de mieux apprécier les différences/ressemblances entre les styles des deux interprètes.

Le disque est constituée de deux parties différentes : une moitié est composée de duos où les deux divas font évoluer leur style respectifs vers l’autre pays. Ainsi un son intègre progressivement un rythme de samba (Tal Vez) et à l’inverse, une samba évolue en salsa et se termine sur un rap : Só Vendo Que Beleza (Marambaia).

L’autre moitié de l’opus propose des paires de morceaux chantés en solos et qui se répondent en écho autour de thèmes communs (les berceuses Lacho et Menino Grande), les chansons romantiques Poema LXIV / Palabras/ Palavras et les odes à la ruralité Caipira De Fato/El Amor De Mi Bohío).

Dans la ballade Você et dans le boléro Para Cantarale A Mi Amor, les voix des deux femmes se mélangent (enfin!) pour atteindre des sommets d’émotions.

Voilà un disque formidable qui laisse espérer une tournée commune du duo.

Frantz-Minh Raimbourg

Label : https://biscoitofino.com.br/

(Chronique originale publiée dans
ETHNOTEMPOS n°40 – hiver 2008-2009)

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.