PABLO CUECO – Zarb ! (Improvisations au zarb)

25 vues
Print Friendly, PDF & Email
PABLO CUECO – Zarb ! (Improvisations au zarb)
(Buda Records)

Tous les chemins ou presque mènent au compositeur et percussionniste Pablo CUECO. Comment peut-il en être autrement, dès lors que lui-même a été de moult aventures transgenres, perpétuellement situé sur les axes mouvants d’impensables croisements du jazz, de la musique contemporaine et des musiques du monde. On l’a ainsi trouvé aux côtés de Sylvain KASSAP, Georges APERGHIS, Luc FERRARI, Hariprasad CHAURASIA et tant d’autres… Son bagage ? Juste ce petit tambour-gobelet de bois d’origine perse, de la famille des membranophones que l’on nomme – assez bizarrement – le zarb.

Car Pablo CUECO, pourtant pas Iranien pour deux sous, a nourri une passion exclusive pour cette percussion de frustre allure après avoir écouté un maître du genre, Djamchid CHEMIRANI, et l’a copieusement étudiée auprès de deux élèves de ce dernier, Jean-Pierre DROUET et Bruno CAILLAT, musiciens migrateurs notoires. Depuis, Pablo CUECO a conçu maints projets en compagnie de musiciens contaminés comme lui par le virus de l’expérimentation, tel Denis COLIN, Didier PETIT, Patricio VILLAROEL, Mirtha POZZI ou Pierre RIGOPOULOS. Ainsi est née la famille musicale TRANSES EUROPÉENNES, déclinée en ORCHESTRA, SEXTET ou PERCUSSIONS TRIO, au choix, dont les frasques créatives ont épaissi le catalogue du label… Transes européennes !

Avec tous ces projets, Pablo CUECO n’avait pas encore trouvé le temps d’enregistrer un disque soliste digne de son nom, de sa culture polymorphe et de son zarb. C’est désormais chose faite. Contre toute attente, ce n’est pas le label Transes européennes, mais la collection “Musique du monde” de Buda Musique qui nous offre ce “one zarb show” à l’érudition pétillante. Histoire de faire battre en brèche les considérations méprisantes dont son instrument a pu être l’objet ici ou là, Pablo CUECO se livre à une quinzaine d’improvisations qui font justice à l’extraordinaire richesse sonore du zarb, sur le thème “tout ce que vous n’avez jamais pensé qu’on pouvait faire avec un zarb parce que vous vous en foutiez et que vous aviez tort” !

La plupart de ces improvisations prennent pour canevas de départ un langage rythmique traditionnel : le candomble uruguayen, la bomba portoricaine, la clave 12/8 afro, un rythme kurde ou khmer… Puis, de frappes aigües en roulements sourds, de pincements en caresses en passant par toutes les techniques de modulation du son possibles et imaginables, notre “zarbman” s’évade sur les sentiers rythmiques les plus tortueux avec une aisance et une dextérité à couper le souffle. Vous attendiez un catalogue démonstratif ou un guide exotique ? Vous vous êtes trompé de porte.

Car c’est aux entorses qu’il fait aux traditions sans pour autant les trahir que l’on mesure l’étendue panoramique de l’ouverture musicale de Pablo CUECO. Toute sa trajectoire est ici tracée en arabesques zarbistiques par ses seuls dix doigts. Mais alors, me direz-vous, peut-on en savoir plus sur cet instrument étrange ?

Néophytes dans l’âme, ne vous inquiétez pas ! Pablo CUECO a songé à vous donner, à la fin du disque, un cours sur le zarb pas piqué des vers ! Enregistrée live lors de l’édition 2001 du festival Sons d’hiver (On y était, on peut donc confirmer !), cette leçon qui aurait pu s’appeler “le zarb pour les Nuls” adopte tout en les singeant les travers du discours universitaire ou de la définition livresque, non sans faire l’économie d’un accompagnement musical approprié en simultané. C’est burlesque tant c’est instructif, ou le contraire, et ça mérite d’être écouté en boucle. Y a pas à dire, c’est zarb de chez Zarb !

Stéphane Fougère

Label : www.budamusique.com

(chronique originale publiée dans
ETHNOTEMPOS n°11 – octobre 2002)

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.