PTÄH au Festival Rock In Opposition à Cap Découverte, septembre 2018

Print Friendly, PDF & Email

PTÄH

au Festival Rock In Opposition

à Cap Découverte (81)

le 16 septembre 2018

Pour sa onzième édition, le festival Rock In Opposition a pris un risque énorme, celui de ne pas programmer ses usuelles têtes d’affiche. Ce qui signifie que, cette année, nous n’aurions pas droit à une énième concert de MAGMA. Larmes, sanglots, crise d’apoplexie, nœud coulant, potence, sabre, pistolet, barbituriques, etc. chez les adorateurs de Kobaia ! Mais il n’était en fait nul besoin d’en arriver à de pareilles extrémités puisque, malgré tout, la musique de MAGMA fut bien présente et écoutable en direct sur la scène « Robert-Wyatt » de la Maison de la musique de Cap Découverte en clôture du festival, le dimanche soir.

« Qui donc a osé profaner les sacro-saintes écritures de Maître Zebehn ? » s’exclameront les inflexibles et austères gardiens du temple ? Un collectif du Sud de la France baptisé PTÄH, pour vous servir, tout en servant la cause.

Il fallait certes oser s’ériger en tribute band d’un groupe mythique qui n’est même pas encore éteint, trop occupé à achever son « Tour sans fin » et à enregistrer ou réenregistrer ses dernières œuvres… Mais puisque la Mort n’est rien, pourquoi l’attendre ? PTÄH a donc décidé de servir la Muzik Zeuhl, de la réchauffer avant qu’elle ne se refroidisse. Le groupe a été formé en 2006, et se produit en concert sporadiquement, et en tant que groupe « amateur », au sens noble du terme.

Loin de PTÄH le front de vouloir être MAGMA à la place de MAGMA, l’ambition du califat lui étant étrangère. Ce serait même plutôt le contraire: jouer la musique de MAGMA de manière différente de MAGMA, tout en en respectant la partition, les structures.

PTÄH est parti du principe que cette musique mérite sa place dans l’Histoire, qu’elle est éternelle, qu’elle peut survivre à son créateur, et qu’elle est donc jouable par quiconque se sent investi de la force, de la beauté et du flux spirituel qui irrigue l’univers kobaïen.

PTÄH s’est pour ce faire donné au fil du temps les moyens de son ambition, en montant jusqu’à dix ses effectifs : un batteur (Michaël HAZERA, ex-SOTOS et ZAAR), un bassiste (Bruno CAMIADE, ex-SOTOS et ZAAR), un guitariste (Loïc LEMERRE), un guitariste baryton (Romain COLAUTTI, du groupe ARTUS), un claviériste (Jérôme MARTINEAU-RICOTTI, que l’on peut entendre également lors des concerts de… MAGMA!), un saxophoniste (Reno SILVA COUTO), un chanteur chevelu (Michaël SANCHEZ) et trois choristes délurées (Laura ETCHEGOYHEN, Maylis RAYNAL, Audrey THIROT).

Ils viennent tous d’horizons très divers – rock progressif, jazz, métal, musiques traditionnelles, funk, électroacoustique – mais se sont tous pris de passion pour la musique Zeuhl et ont souhaité la partager avec tous les publics possibles et imaginables (même celui de MAGMA, c’est dire !).

À l’honnêteté affichée de la démarche de PTÄH s’est ajoutée la pertinence de son action, puisque le groupe a joué des pièces du répertoire de MAGMA que ce dernier a eu tendance à négliger ces dernières années. C’est donc avec un plaisir non feint que les connaisseurs fanatiques ont pu réécouter des pièces maîtresses comme De Futura, K.A. (juste un extrait, mais quand même), The Last Seven Minutes, ou encore Troller Tanz, enchaîné à Liriik Necronomicus Kanht pour tout rappel. On aurait certes bien troqué le sempiternel « incontournable » M.D.K. contre un Köhntarkosz (qui a figuré un temps dans la « track list » de PTAH), mais l’effet d’effervescence contagieuse qui émane de cet opus a été rendu avec la maestria qu’il requiert, et ça fait toujours mouche.

Outre la maîtrise technique des instrumentistes et des voix de PTÄH, il y avait cette expression d’enthousiasme, de bonheur d’être ici et de jouer cela, ces hymnes de la septième galaxie extirpés du canal officiel de Kobaïa, joués en mode rock décontracté, mais avec une immersion infaillible et une implication totale.

Preuve en est que, lors de la conférence de presse qui a suivi le concert, le bassiste du groupe s’est fendu d’un remarquable lapsus en déclarant : “Quand je joue dans MAGMA…” !

Allez, ne vous fâchez pas : promis, la prochaine fois, PTÄH jouera du Bobby LAPOINTE…

Page Facebook : https://www.facebook.com/CollectifPtah/

Article et Photos : Stéphane Fougère

Lire le compte-rendu du Festival Rock In Opposition 2018.

Diaporama photos :

????????


Sur téléphones portables et tablettes Androïd, le diaporama photos peut être lu avec le navigateur Puffin Web Browser.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.