Richard PINHAS – Live at Bam Balam

Print Friendly, PDF & Email
Richard PINHAS – Live at Bam Balam
(Bam Balam Records)

En cette journée célébrant le vinyle et les disquaires, le R.S.D. du 13 avril 2019 a proposé parmi d’autres trésors, un 33 tours inédit de Richard PINHAS. Il s’agit d’un live exclusif, enregistré à Bordeaux, à Bam Balam en 2016 et 2018.

La face A contient une performance, Bam Balam 1, de 20’58 datant du 21 avril 2018 ; sur l’autre face, nous découvrons un autre long morceau, Bam Balam 2, joué cette fois-ci le 16 avril 2016.

Pour rappel, ce n’est pas le premier document à paraître sur ce label bordelais. Il y a eu par exemple la réédition en double vinyle de l’album De l’un et du multiple, la compilation Single Collection, et les diverses collaborations avec des musiciens japonais (Live Japan, Live at Tusk Festival, Trax).

Pour commencer, il faut souligner que c’est avant tout un très bel objet, un collector digne de ce nom, affublé d’une superbe pochette. Et son contenu est aussi plus qu’intéressant pour tout bon fan. Ce live est une pépite qui nous plonge une nouvelle fois dans l’univers étourdissant du musicien.

Il n’y a pas grand-chose à ajouter, si ce n’est que c’est une musique sauvage, méchamment rock. C’est du rock électronique primitif tiré directement du plus profond de la terre incandescente et héritière de HELDON. C’est une musique insoumise, rare et pure.

Les sons électroniques/drones (“via le metatronic delay system”) et la guitare sont telle une métaphore de la vie : une vie avec ses hauts et ses bas, ses instants de passion et de rage, ses espoirs éclairés et cet apaisement enfin retrouvé. Nous pouvons déceler tout cela dans cette musique. La guitare aime surprendre allant là où nous ne l’attendons pas, jouant avec les extrêmes. Elle se veut brutale, volcanique, pleine de cette rage électrique et parfois elle apparaît sous une forme plus aérienne, source de lumière et de chaleur.

Ce disque est essentiel, car il propose deux extraits brûlant d’une vive intensité. Et Richard PINHAS en solo sonne toujours assez noisy. C’est à la fois une expérience terrifiante et unique.

Cédrick Pesqué

Site : www.richard-pinhas.com/

Label :  http://bambalam.com/

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.