Subhankar BANERJEE ne racontera plus ses “histoires de tabla”

52 vues
Print Friendly, PDF & Email

Subhankar BANERJEE ne racontera plus ses “histoires de tabla”

Le joueur de tabla indien Subhankar BANERJEE s’est éteint le 25 août 2021 à l’âge de 54 ans seulement. Bien que moins populaire qu’un Zakir Hussain, Subhankar BANERJEE n’en était pas moins l’un des plus grands percussionnistes de la scène musicale indienne actuelle.

Issu d’une modeste famille bengalie, Subhankar BANERJEE n’était a priori pas destiné à rejoindre le cénacle des grands musiciens indiens, lequel est le plus souvent réservé à ceux issus de grandes lignées artistiques, mais il s’est imposé par son talent et son génie, combinant approche traditionnelle et innovation.

Éduqué dès l’âge de quatre ans par le pandit Manik Das de la “gharana” de Bénarès, Subhankar BANERJEE a suivi ensuite l’enseignement de Swapan Shiva de la gharana Farukhabad pendant vingt-cinq ans.

Sa profonde connaissance des “tâlas” (cycles rythmiques essentiels dans la musique classique indienne, hindoustanie et carnatique), sa dextérité inventive et sa virtuosité tout en circonvolutions complexes et en élans poétiques en avaient fait un complice réputé de plusieurs grands “pandits” et “ustads” comme Hariprasad Chaurasia, Shivkumar Sharma, Amjad Ali Khan, Ravi Shankar, Rashid Khan, Pandit Jasraj, Shahid Parvez, Birju Maharaj, Girija Devi, Zakir Hussain, Tejendra Majumdar, Balamuralikrishnan, etc. De plus jeunes solistes indiens ont également bénéficié de son apport, comme le sitariste Purbayan Chatterjee, la violoniste Kala Ramnath…

On peut également entendre Subhankar BANERJEE dans plusieurs enregistrements discographiques du maître de la flûte bansuri Hariprasad Chaurasia, notamment dans Adi Anant, l’étonnant concerto pour flûte, tablas et orchestre de chambre initié par ce dernier et réalisé avec le joueur de zarb Pablo Cueco, le flûtiste Henri Tournier et l’ensemble Transes Européennes. La première scénique de ce concerto avait été jouée au Théâtre de la Ville de Paris en 1999 (lire notre article).

Avant cette création inédite, Subhankar BANERJEE avait déjà participé à des projets de rencontres, comme Calcutta to California, où il donnait la réplique rythmique au fameux joueur de guitare “slide” indienne Debashish Battacharya et au guitariste américain Mark A. Humphrey. Notre fin praticien du tabla s’est également impliqué dans une série de rencontres musicales tout aussi inattendues entre musiciens grecs et indiens (Greeks and Indians), à laquelle ont collaboré Rakesh Chaurasia, Devashish Dey, Rabindra Goswami, Ross Daly, Petroloukas Halkias, Sokratis Sinopoulos, Sofia Papazoglou, George Koros, et même Ballaké Sissoko ! (Plusieurs albums sont parus sur le label Saraswati.)

Subhankar BANERJEE avait également enregistré deux albums solo pour le label français Arion, Tabla Tale (2005) et l’Art du Tabla (2007), dans lesquels il expose sa capacité à intégrer son tabla à plusieurs combinaisons musicales, acoustiques comme électriques, s’aventurant même sur les chemins buissonniers d’une forme de jazz fusion.

Le parcours artistique de Subhankar BANERJEE s’est indéniablement arrêté trop tôt, car il avait certainement encore beaucoup à donner. Depuis deux mois, il était hospitalisé dans un hôpital de Calcutta suite à une insuffisance rénale et à des complications liées au Covid-19. La scène indienne perd non seulement l’un de ses “tablistes” les plus chevronnés, mais aussi l’un de ses plus grands talents, aussi respectueux de la tradition que défricheur de chemins artistiques transversaux.

Toutes nos condoléances à sa famille et à ses proches.

Stéphane Fougère

Site : https://taalsen.com

 

Laisser un commentaire