TALEC NOGUET QUARTET – Dindan Dilhad Dindan

Print Friendly, PDF & Email
TALEC NOGUET QUARTET – Dindan Dilhad Dindan
(Coop Breizh)

La chanteuse Rozenn TALEC et l’accordéoniste Yannig NOGUET ont animé quelques centaines de festoù-noz depuis leur rencontre en 2010 et réalisé deux albums en duo. Le premier Mouezh an Diaoul (La Voix du Diable – 2013) a été récompensé par les prix du jury et jeune artiste du “Grand prix du disque Produit en Bretagne 2014” et le deuxième, Gali Galant, paru en 2015, a fait l’objet d’un spectacle-cabaret qui a été joué à la fois en concert et en fest-noz. Pour son troisième album au titre tout aussi chantant que le précédent, Dindan Dilhad Dindan, le duo s’est transformé en quartet avec Julien PADOVANI (claviers), musicien éclectique qui navigue entre la chanson, les musiques improvisées, traditionnelles et progressives, sans oublier les bals où il joue régulièrement, et Timothée LE BOUR (saxophones), avec lequel Rozenn TALEC avait déjà croisé sa voix dans la troisième promotion de la KREIZ BREIZH AKADEMI, Elektridal, et dans la création Chadenn du duo LE BOUR/BODROS.

Le duo a pour habitude de proposer des compositions originales, et ce troisième album ne faillit pas à la règle puisque Yannig NOGUET a composé la majorité des danses et Rozenn TALEC a écrit une partie des textes. Les quelques traditionnels que l’on peut entendre sur ce disque ont été choisis pour leurs sujets qui sont toujours d’actualité. An Amerik, une longue chanson d’une trentaine de couplets sur l’immigration des Bretons en Amérique, où ils continuaient à vivre dans la misère, est déclinée en une suite gavotte. Kêr goant Sant Nikolaz, un beau texte romantique traditionnel tout aussi long qui décrit un paysage fait, quand à lui, l’objet d’une suite plinn. Dans ses textes, Rozenn TALEC évoque les plaisirs de la danse (Na chomomp ket da soñ jal), la fête, le partage, l’hospitalité (Ar Gwin hag an tan), s’amuse à énumérer des amants dans un tour léger et humoristique (Olala) ou confie “les dessous des dessous” (Dindan Dilhad Dindan) dans la mazurka qui donne son nom à l’album.

La voix de Rozenn TALEC, l’une des plus belles de Bretagne, a la particularité de respirer la joie et l’on entend même, en l’écoutant, ce sourire qui ne la quitte pas lorsqu’elle est sur scène. Yanning NOGUET n’a pas son pareil pour l’habiller chaudement et l’ensorceler avec son accordéon diatonique virtuose et généreux. Julien PADOVANI et Timothée LE BOUR apportent de nouvelles couleurs sonores et des arrangements qui, loin de contrarier ce parfait équilibre, renforcent la transe hypnotique de l’accordéon avec les saxophones qui ajoutent des rayons de lumière, des vibrations bienfaitrices, des basses profondes et denses (du saxophone baryton) et les claviers aux sonorités vintage des années 70 (piano Fender Rhodes, orgue Hammond, Farfisa Syntorchestra et Moog) qui apportent des ambiances étranges et modernes, jusque-là inédites dans la danse bretonne.

Pour terminer ce répertoire original de danses, le duo TALEC NOGUET propose un beau moment intimiste avec une mélodie et un texte d’Aristide BRUANT (E Sant-Lazar) que Rozenn TALEC a adapté en breton en ajoutant un final en français, dans la lignée de l’esprit “cabaret” du précédent album. Ce Dindan Dilhad Dindan est une belle réussite qui restera dans les mémoires comme une ritournelle.

Sylvie Hamon

Sites : https://www.rozenntalec.bzh/ et https://www.yannignoguet.com/

Label : https://www.coop-breizh.fr/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.