TRI YANN – 50 ans de scène : Kenavo Tour Live

250 vues
Print Friendly, PDF & Email
TRI YANN – 50 ans de scène : Kenavo Tour Live
(Marzelle / Pantheon / Universal)

À l’aube de ses cinquante ans d’existence, le groupe TRI YANN a décidé de mettre un terme aux prestations scéniques. Les musiciens ont donc entamé, non pas une tournée d’adieu, mais un Kenavo Tour comme ils le définissent. Cette série de concerts les mènera jusque dans leur port d’attache de Nantes en mars 2020 pour une ultime prestation.

Alors que la tournée bat son plein, parait, en cette fin 2019, un coffret rassemblant un CD et un DVD captés au Festival des Nuits Salines de Batz sur Mer en juillet de cette année.

TRI YANN y reprend nombre des titres phares qui ont jalonné sa longue carrière. Le CD contenant dix-sept plages, il manquera évidemment certains morceaux mais les grands classiques du groupe sont bien présents.

On retrouve ainsi Si mort a mors, le très progressif Kan ar Kann ou encore Divent an dour.

Si la version de Tri Martolod respecte la mélodie, elle propose des paroles différentes qui sont en fait la suite (et la fin d’où le titre Tri Martolod-gourfenn) de la célèbre chanson si souvent reprise.

Jean-Louis JOSSIC ne jouant plus de bombarde, c’est le violon de Christophe PELOIL qui prend plus d’importance et qui, sur La Chanson de Pelot d’Hennebont, accompagne la cornemuse de Konan MEVEL.

Plus acoustique, Johnny Monfarleau nous replonge dans le premier enregistrement paru en 1972 alors que le groupe s’appelait encore TRI YANN AN NAONED.

La gwerz (la complainte bretonne) Le Soleil est noir, sur le thème des marées noires, bénéficie d’une introduction à la cornemuse et met ensuite les voix en avant, sobrement soutenues par des nappes de claviers.

Issus de La Belle Enchantée, le dernier album studio, les titres La Bonne Fam au courti et L’Ermite et le Connétable apparaissent pour la première fois sur un enregistrement public.

Dans les prisons de Nantes, Ce sont les filles des forges (très rock n’ roll comme le précise Jean-Louis) et l’inusable Le Loup, le renard, la jument de Michao qui n’en finit plus de passer dans le pré et de manger tout le foin, sont bien évidemment au programme. Le public les reprend d’ailleurs en chœurs et le dernier de ces morceaux se termine même par la mélodie de Bonne nuit les petits.

Le disque contient un titre inédit, Les Rives du Loch Lomond, qui est une reprise en français d’un classique popularisé par les Écossais de RUNRIG, Loch Lomond. La voix de Jean-Paul CORBINEAU, toute en sensibilité, apporte énormément à cette version.

Enfin, c’est par la bien nommée Je m’en vas que se termine l’album. On imagine aisément le sens que prendra cette chanson et l’émotion qu’elle suscitera lors du tout dernier concert.

La version DVD contient cinq titres supplémentaires, parmi lesquels on peut voir et entendre une belle reprise de la chanson emblématique de Louis CAPART, Marie-Jeanne-Gabrielle.

L’image permet aussi d’apprécier (ou non !) une dernière fois ce qui aura été une des composantes de la légende TRI YANN, à savoir, les costumes.

Si cet album reste évidemment très enthousiasmant, il est surprenant que ce soit ce concert de Batz sur Mer qui ait été choisi comme témoin de cette tournée et non le tout dernier spectacle qui sera donné à Nantes. À moins qui celui-ci ne fasse lui-aussi l’objet d’un coffret similaire.

Quoi qu’il en soit, il est ici nullement question de faire la fine bouche ou de bouder son plaisir.

Et que l’on se rassure toutefois, si les musiciens ont décidé d’arrêter de se produire sur scène, ils ne mettent pas un point final au groupe et de nouveaux enregistrements suivront. Un album sur l’histoire de la Bretagne est en projet.

Nous entendrons donc encore parler de TRI YANN.

Didier Le Goff

Site : https://triyann1.wixsite.com/triyann

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.