TRI YANN – Les Racines du futur

34 vues
Print Friendly, PDF & Email
TRI YANN – Les Racines du futur
(Pathé / Solidor)

TRI YANN est à l’heure actuelle en France le plus vieux groupe encore en activité, et de surcroît avec les membres fondateurs. Formé en 1971 à Nantes, le groupe a, certes, vu défiler de nombreux musiciens (il en compte 8 aujourd’hui) mais les “Trois Jean” d’origine sont, eux, toujours bien présents. En 35 ans, la musique a également évolué au gré des arrivées ou des départs de musiciens, passant ainsi du folk acoustique au gros son rock celto-médiéval (dixit le groupe lui-même) d’aujourd’hui. Même s’il n’a pas toujours fait l’unanimité, à raison parfois d’ailleurs, dans les milieux culturels breton (trop variété ou pas assez traditionnel), il n’en demeure pas moins que le groupe a été et est encore un des piliers et un des grands représentants de la musique bretonne et celtique.

C’est par une partie du concert enregistré durant le Festival Interceltique de Lorient en 2003 d’une heure environ que commence le DVD. Ce concert précédait de quelques semaines la sortie du dernier album studio en date du groupe, Marines. Cela permettait donc aux musiciens d’en présenter en avant-première quelques extraits (dont le célèbre standard celte The Water is wide qui devenait dans sa reprise en breton Divent an dour). La plupart des titres présents sont des chansons plutôt récentes et moins connues du public (hormis les incontournables tubes des débuts que sont les traditionnels Les Filles des forges et Dans Les Prisons de Nantes, ou encore le très beau Si mort à mors) et on évite même La Jument de Michao.

Les TRI YANN sont en grande forme. Fidèles à leur habitude, ils sont évidemment vêtus, Jean-Louis JOSSIC en tête, de costumes aussi exubérants que carnavalesques et même parfois dérangeants. Pourtant, tout cela contribue à faire un véritable show où le public est incontestablement conquis. Des moments plus calmes ou plus solennels viennent néanmoins ponctuer le concert, telle cette belle version de l’hymne national breton Bro gozh ma Zadou, pour lequel la charmante Bleunwenn MEVEL vient prêter sa voix.

Les deux clips (mélanges d’extrait de concerts et de scènes tournées au château des ducs de Bretagne à Nantes) qui terminent le programme du DVD, Dans les Prisons de Nantes et Si mort à mors, n’apportent pas grand-chose et étaient facilement évitables.

Les bonus qui suivent sont des reportages consacrés à tout ce qui a trait aux tournées. La Légende des costumes évoque la conception des habits que portent les membres du groupe durant les concerts, du simple croquis à la venue sur scène. On se rend compte que, même si ces costumes laissent souvent une impression de malaise, ils sont néanmoins travaillés et sont issus d’une réalité historique ou légendaire. Brèves de coulisses nous montre l’ambiance qui précède l’entrée en scène des TRI YANN au concert Celtica à Nantes en 2004. Confidences de tournées est une interview des membres du groupe où ces derniers se livrent et se confient sur leur vie d’artistes. Enfin, Conte de Bretagne se concentre sur cette habitude qu’a Jean-louis JOSSIC de précéder certaines chansons d’une histoire où sa verve et sa capacité à capter l’attention font merveille.

Le CD est une compilation qui a le mérite de présenter des titres méconnus du groupe (excepté Si mort à mors) et peu entendus sur les innombrables “best of” qui ont fleuris ces dernières années. Comme sur le DVD, La Jument de Michao a été judicieusement oubliée au profit de chansons peut être moins festives, mais tout aussi intéressantes (Les Pailles d’or brisées, Complainte de la blanche biche, Noël guérandais).

Les Racines du futur ravira les Tri-yannophiles. Pour tous les autres, ce coffret constitue une bonne manière de découvrir un groupe finalement attachant de la musique en Bretagne.

Didier Le Goff

(Chronique originale publiée dans
ETHNOTEMPOS n°23 – mai 2006)

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.