ANANTAKARA : Une inspiration spinozienne

72 vues
Print Friendly, PDF & Email

ANANTAKARA 

Une inspiration spinozienne

Philosophe de formation et dessinateur, ANANTAKARA, alias Philippe WAUMAN, se définit comme un animateur de sens et donc avant tout comme un artiste. Son nom renvoie à un adjectif sanskrit qui se traduit par “rendu sans fin, magnifier indéfiniment, rendre indéfini ou infini” et que lui-même traduit musicalement en déployant de manière infinie une forme par des calligraphies sonores et vibratoires, la musique étant vécue et proposée comme une expérience intérieure, méditation, élévation, encouragement, inspiration.. Nous avions déjà fait récemment sa connaissance à l’occasion de son album Momentum Lapses, et nous renvoyons tout lecteur désireux d’en savoir plus sur la pensée philosophique et la démarche artistique d’ANANTAKARA au premier article que nous lui avons consacré. ANANTAKARA revient dorénavant avec Amor Mundi, un album passionnant et prenant, complexe mais prenant, grandiose et varié, inspiré par SPINOZA et sa vision du monde.

Amor Mundi est un album qui cherche à intégrer toutes les beautés de l’univers, tous ses aspects, toutes ses richesses. Mais c’est aussi et même surtout un album qui se veut intimiste, car chacun d’entre nous fait partie intégrante d’une manière pleine et entière de cet univers. Amor Mundi s’adresse dès lors à toutes et à tous, se voulant un pont musical entre nous et ce vaste monde auquel nous sommes reliés, et en réalité soudés, de façons multiples. C’est un voyage, pas à pas, toujours plus profond de la pensée de SPINOZA et de la nature. Avec Amor Mundi, ANANTAKARA nous livre un opus étonnant en vérité, riche d’un bel esthétisme harmonique et sonique, à écouter et à ré-écouter pour en savourer les multiples facettes. 

Quelques questions à Philippe WAUMAN / ANANTAKARA…

 

Pour celles et ceux qui ne vous connaîtraient pas encore, pourriez-vous vous présenter ?

PW / ANANTAKARA : Artiste-philosophe, je me perçois comme un passeur d’intensités qui, par la musique, sont transmises en expériences poétiques, imaginaires, sensuelles et spirituelles. Je déploie en quelque sorte un certain univers musical. Tout en contournant la frontière des genres (et leurs esthétiques), celui-ci procure une allégresse et un changement de plan à qui s’y abandonne sans attentes. Au fond, j’écoute le silence s’accomplir dans la spirale des sons et cherche à faire se rencontrer le vaste avec l’intime dans une danse puissante et bienveillante.

Pourriez-vous aussi nous rappeler votre manière de créer votre musique, votre instrumentation et vos principales influences musicales ?

PW / ANANTAKARA : Je crée ce que j’appelle des calligraphies sonores et vibratoires qui sont des poèmes musicaux. Les instruments numériques utilisés (qu’ils soient faits d’échantillons d’instruments acoustiques ou qu’ils soient de nature purement électronique) forment une sonothèque qui devient orchestre au gré de l’inspiration. Par commodité, je pourrais caractériser ma musique comme naviguant entre l’ambient et l’électronica, avec des composantes jazzy, rock, ethnique, néo-classique, minimaliste, downtempo et électro-acoustique. Au départ je prépare des palettes sonores et/ou rythmiques avec des instruments VST, eux-mêmes organisés pour recevoir des structures infinies de notes midis, servies en mode spiralé via un séquenceur accordé sur une gamme et sa fondamentale. Ensuite, si cela s’impose, j’ajoute des progressions d’accords.

L’enregistrement du morceau est toujours un processus live, le geste créatif pris sur le vif, car c’est la vérité de l’ici et maintenant qui offre à l’œuvre la cohérence inhérente à l’inspiration. Et cette cohérence décide de la structure ainsi que de sa grammaire. C’est la nécessité qui s’accomplit en se dévoilant. Ensuite le mixage vient compléter le processus. S’il y a une mélodie à rajouter, par exemple, ou tout autre élément, je le fais avec une interface midi (Push d’Ableton en l’occurrence) et au final je spatialise les instruments, c’est la “mise au cosmos” dans un espace à 360°.

En termes d’influences principales aujourd’hui, je note Brian ENO, SCELCI, MONTEVERDI, RILEY, SATIE, POPOL VUH, Jon HASSELL, Arvo PART, PINK FLOYD, TANGERINE DREAM, MAGMA, Stephan MICUS, VANGELIS, BJORK …

Comment pourriez-vous résumer votre parcours discographique jusqu’à votre tout dernier album ?

PW / ANANTAKARA : C’est l’histoire de l’élan créatif d’une inspiration qui découvre les modalités de son expression via des rencontres, des vécus – parfois très incisifs – et aussi des interrogations existentielles, des perceptions océaniques. Dans l’espace de 12 albums : il y a la maturation d’une écriture, voire d’un langage qui fait dialoguer des instruments d’origine acoustiques et d’autres purement électroniques, des mélodies, des rythmiques et des paysages sonores évolutifs. De l’introspectif à l’expérimental, de l’apaisant à l’audacieux. C’est une musique – que l’on me dit être énigmatique, voire magnétique – sans doute parce qu’elle renvoie à une dimension autre qu’elle-même, une musique qui suggère plus qu’elle ne montre, toujours en mouvement dans sa forme stylistique et son allant : ici avec une chanteuse à la voix sublime, là au contact d’une danseuse classique indienne ou encore un ensemble chorégraphique, ou une fabuleuse sculpture lumineuse et visuelle…

Les premiers albums exposaient des espaces relaxants, éthérés, préservés alors qu’avec Transmuted by (2019) la musique se fait plus dense, presque sombre, minimale, voire corrosive, en tout cas matière sonore et vibratoire en frottement avec l’ombre pour y révéler une lumière ; méditation sur une citation de JUNG : « On ne devient pas lumineux en imaginant des figures lumineuses mais en rendant les ténèbres conscientes ». Amor Mundi (2020) est la suite du Momentum Lapses (2018) avec quelque chose de plus radical. Un temps suspendu retrouvé. Revenir à la vie, au corps, à la pulsation, à la peau, à l’incarnation joyeuse de l’âme, au monde. En somme, le parcours est une invitation au glissement du regard sur l’ici et maintenant. On y vient lourd des quotidiennetés pour en ressortir allégé et renouvelé : démis du monde et remis au monde.

Venons-en maintenant à Amor Mundi. Voudriez-vous nous présenter, avec vos propres mots, ce nouvel album et, bien évidemment aussi, le philosophe SPINOZA, qui vous l’a inspiré ?

PW / ANANTAKARA : Je le résume par ceci : aimer la vie et aimer le monde comme s’il était une extension de notre corps et du mystère de notre âme. Cet album est Inspiré par la notion de Nature telle que j’ai pu la trouver chez SPINOZA (1632-1677). Il envisageait la réalité physique toute entière, y compris nos corps et nos pensées, comme équivalant à la substance (c’est-à-dire la totalité du réel-Dieu) une et infinie. C’est une vision non dualiste et immanente de l’Absolu. En d’autres mots? l’Absolu et l’existence, ou la manifestation, ou la Nature, ne sont pas distincts. C’est l’Un qui se manifeste dans le Multiple qui en est l’expression infinie. Cette Nature est en lui et en dépend selon des lois immuables qui répondent à l’harmonie d’un ordre cosmique de causalités et de sens.

Dans l’album je fais référence à la dimension de Nature comme flux infini. Ce n’est pas une description, mais une bande-son, comme celle d’un film. Il y est question d’amour, de secrets, de puissance tectonique, de crêtes, de matrices temporelles, de multi-dimensions, et de l’indescriptible nostalgie des rythmes infinis à explorer et à embrasser.

Chacun de vos albums a toujours été important, mais là je sens quelque chose de plus profond, de très impliqué de votre part, peut-être à cause de la vision très globale du monde que vous y présentez. Je me trompe ?

PW / ANANTAKARA : Vous avez raison. Chaque album est l’affirmation d’un cycle. Celui-ci, je le ressens comme un aboutissement et un nouveau départ. Une fin et un recommencement. Une redéfinition et une mutation tant stylistique que dans mon rapport au monde et dont je ne mesure pas encore la portée réelle. Je n’ai aucune idée de la direction prochaine, ou de la frontière franchie. Sauf que c’est l’inspiration qui est aux commandes. Et mon travail c’est d’y être entièrement disponible. C’est en cela que la vision globale de la vie comme un flux infini s’inscrivant dans une harmonie fondamentale – malgré les apparentes déconvenues et hiatus – débouche sur un ré-enchantement de la vie. Le monde n’est plus un “ennemi” ou un “dû” qu’il faudrait maîtriser et posséder comme un vulgaire objet dans une logique de domination…

De par votre nom d’artiste, ANANTAKARA, on vous attendrait plutôt baignant dans la tradition indienne. Et là, vous nous plongez dans la philosophie de SPINOZA. Voudriez-vous nous expliquer ce qui semble être, au moins en apparence, un grand écart ?

PW / ANANTAKARA : De vous à moi, il y a sans doute peu de personnes en mesure d’identifier la racine sanskrite du nom Anantakara. Donc à s’attendre à une musique indianisante. L’association avec la tradition indienne ne va pas spontanément de soi me semble-t-il. Et cela me convient tout à fait. Ce pourrait aussi bien être une autre langue… Cela dit, le nom du projet est en effet un adjectif sanskrit… on le traduit par « rendu sans fin, magnifier indéfiniment, rendre indéfini ou infini ». Cela fait onze ans que je l’utilise. Et il est toujours pertinent avec mon intention artistique initiale à savoir : la quête d’un point de rencontre entre les tensions contraires, un point mystérieux qui régénère et accomplit…

J’ai opté pour ce nom parce qu’il résume mon propos et que la musique indienne (selon ma perception) réunit deux éléments essentiels pour moi : l’improvisation (l’inspiration en action créatrice) et la notion de “rasa” (rechercher la saveur, c’est-à-dire la joie). Et aussi parce que j’ai également beaucoup pratiqué le penseur et yogi Sri AUROBINDO, sa notion de non dualisme intégral ainsi que son immense poème épique Savitri. Les titres des morceaux de mes autres albums sont encore souvent inspirés de cette œuvre extraordinaire. Opter pour un nom sanscrit affirmait en un mot des racines et un état d’être qu’aucun vocable français ou anglais ne m’offrait. Philosophiquement : c’est se retrouver dans l’immobile de l’être et, par l’acte de création, participer au mouvement incessant de son expression – ou réalisation – dans le temps de la relativité. SPINOZA n’est pas loin…

Comment met-on le Deus sive natura de SPINOZA en musique ? Et d’abord qu’est-ce c’est ? Qu’est-ce cela implique intérieurement pour le compositeur que vous êtes et en terme de travail compositionnel ?

PW / ANANTAKARA : Deus sive natura  signifie “Dieu ou la Nature”, “Dieu c’est-à-dire la Nature”… Non pas le Dieu anthropomorphique de la Bible, mais L’Absolu, l’infini dans ses aspects indéterminé et déterminé. Dieu n’est donc plus pur esprit, séparé du monde, du plus petit quanta aux confins inimaginables de l’univers.

Ce morceau faisait initialement partie d’une création totalisant un bon 40’, un grand mouvement musical très ample et constitué de plusieurs séquences. Composé pour un collectif transdisciplinaire dont les acteurs développaient une riche et dense chorégraphie spontanée avec pour fil inducteur une musique inspirée par la thématique Mémoires de l’instant traversé.

Quand cette séquence a surgi, ce fut une surprise totale pour moi. Clarinette et piano égrenaient fragrances et floraisons de notes formant une mélodie qui s’est pour ainsi dire imposée. Le dispositif initial consistait en variations aléatoires spiralées qui n’offraient rien d’autre qu’un buisson de notes sans narratif. C’est en appliquant certains arpèges sur les différentes pistes et en les modulant avec des durées et des réglages propres aux instruments que le résultat s’est fait entendre. A posteriori, c’est comme si je l’entendais sans l’entendre et que mes gestes (les réglages) m’y conduisaient malgré moi. Et cela se passe souvent ainsi : comme un voyageur qui magnétiquement sent la direction de son chemin et infléchit sa course instinctivement. Ou encore comme si cette mélodie venait me chercher via le corps, à condition d’être dans la disponibilité, d’être là, de se laisse porter par ce qui est, pour la rejoindre. Avec pour signes la joie et un sentiment de liberté, de se sentir au cœur du réel, en phase avec un plus grand que soi dans lequel on s’inscrit sans s’en trouver distinct, séparé, ni anéanti, ou isolé. Dans l’immanence, rejoindre l’Immanence infinie pour en recevoir les ordonnances. C’est une sorte de vertige. Cette entrée en résonance, en rencontre avec le Réel – toujours renouvelé, en recréation permanente – qui passe par mon corps, répond à la façon dont j’interprète ce Deus sive natura. C’est la raison de son insertion dans l’album.

Vous avez certainement conscience que tout le monde n’est pas versé dans la philosophie de SPINOZA. Avez-vous jamais pensé que cela pouvait être un frein à la compréhension de cet album ou voudriez-vous que votre musique puisse se suffire à elle-même ?

PW / ANANTAKARA : Oui et non. La référence à SPINOZA est venue assez tardivement dans l’élaboration de l’album, qui est au début un petit ru avant de devenir rivière puis fleuve. Elle contextualise la couleur de l’album plus que d’en être une clé d’interprétation. Pour une compréhension plus fine, de fait, le titre de chaque pièce est plus significatif. Et si le titre de l’ensemble : « Amor Mundi. La vie comme un flux infini » est pour moi un reflet de la pensée de SPINOZA, nul n’est besoin de connaître ce penseur pour accéder à la musique. J’ai toutefois accordé beaucoup de soin à l’ordre des pistes, conçu comme une progression dans la perspective de la thématique de l’album. Et j’en remercie ici Jean MASTIN (voir la dernière question) pour son conseil éclairant à ce propos.

Voudriez-vous nous expliquer ce titre, Amor Mundi. Quelle est sa signification ? Qui est, je suppose, également le message profond de cet album, non ?

PW / ANANTAKARA : Pour moi il s’agit d’aimer ce monde, de prendre soin de lui, de comprendre qu’au fond il n’est pas différent de nous. Et qu’à le maltraiter dans une perspective utilitariste, c’est nous-mêmes qu’on néglige de facto. Qu’à force de consommer nous nous consumons. Aimer le monde comme axe de nos vies… Au sens où l’unicité de chacun pleinement accomplie dans le monde accomplit le monde en quelque sorte. Faisons la distinction classique : “être du monde” ou “être au monde” ; autrement dit être en proie au formatage social-familial-culturel ou cultiver et connaître la joie d’être qui l’on est vraiment, c’est-à-dire une voie que le flux infini de la vie cherche à emprunter au sein même de ce monde…

Que voudriez-vous encore ajouter, en guise de conclusion, à propos d’Amor Mundi et/ou de n’importe quel autre sujet qui vous tient à cœur ?

Pw / ANANTAKARA : Oui, quelques nouvelles de mes autres activités en cours…!

Pendant la période de création de cet album – et dans le même esprit – j’ai exploré, avec un ami musicien et chanteur Burkinabé qui s’accompagne au ngoni (harpe traditionnelle d’Afrique de l’Ouest), une formule électro. De ce dialogue musical avec RASMADI est né un duo que nous avons baptisé SOOGÉ. En langue Moiré cela signifie “liberté” : celle que prend le souffle de la création quand l’inspiration invite au voyage. Ni fusion des genres ni strictement traditionnel, nos “Bal[l]ades Africaines” proposent des chansons composées et chantées par RASMADI, accompagnées d’instruments électro-acoustiques, et des voyages sonores que je développe, sur lesquels le ngoni vient ourler ses mélopées. Une ode puissante et sereine à l’humanité. La complicité musicale de deux esprits créateurs. Plusieurs concerts ont été donnés et filmés (voir les vidéos sur mon site https://www.anantakara.com/fr/sooge-projet-balades-africaines/). J’ai bien envie de poursuivre cette aventure qui ouvre de nouveaux horizons musicaux riches en émotions.

Depuis 2017, je fais aussi partie d’un trio de musique électronique, AERODYN, avec des influences de la Berliner School, d’ambient, de soundscaping et du chant avec voix d’homme. Après quelques concerts en Belgique et un premier album, nous allons préparer le second.

Et puis je suis sur un projet de sculptures lumino-soniques avec le plasticien JIALBA, mon ami José Ignacio Alvarez BARANGA (https://www.jialba.com/) Tetrameria (voir sa présentation sur mon site https://www.anantakara.com/fr/tetrameria/). Les quatre éléments (eau, terre, feu, air) se rencontrent dynamiquement dans des immenses mandalas évolutifs en relation vivante avec les calligraphies sonores de la musique que je joue en direct. Une idée qui mature depuis plusieurs années… fin prête aujourd’hui à être présentée au public…! Nous cherchons des lieux, comme des églises ou des festivals.

Pour conclure, je suis toujours actif dans le collectif d’Art-action Son-Corps-Voix (http://soncorpsvoixsequences.blogspot.com/) piloté par l’artiste-pédagogue Jean MASTIN avec qui je collabore depuis 2009 : nouveaux projets, nouvelles définitions, nouvelles scènes.

Chronique et entretien réalisés par Frédéric Gerchambeau

Site : www.anantakara.com

CD : ANANTAKARA : Armor Mundi

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.