BADUME’S BAND & Selamnesh ZÉMÉNÉ – Ale Gena (Ethiopia)

55 vues
Print Friendly, PDF & Email

BADUME’S BAND & Selamnesh ZÉMÉNÉ – Ale Gena (Ethiopia)
(Innacor / L’Autre Distribution)

Chapeautés lors la tournée « Éthiopiques » (2008-2010) par rien moins que Mahmoud AHMED et Alémayéhu ESHÈTE, les plus éthiopiens des musiciens bretons reviennent avec un second disque, après Addis Kan en 2007. Cette fois, le BADUME’S BAND fait cause commune avec la chanteuse Selamnesh ZÉMÉNÉ. Autrement dit, le « backing band » émérite des stars de l’éthio-groove rencontre l’étoile montante d’Addis Abeba.

Descendante de griots de la communauté azmari des hauts plateaux de Gondar (l’ancienne capitale éthiopienne), Selamnesh ZÉMÉNÉ a déjà une belle carrière derrière elle. Elle avait déjà été remarquée lors de la performance du FENDIKA de Mélaku BELAY au festival Africolor en 2009, et beaucoup de monde à Addis a dansé sur son tube Zena Bel. Mais ceux qui ne la connaissaient pas encore découvriront sur ce disque une voix chaude, robuste, perçante et… fière (traduction de Korahu, le titre qui ouvre l’album). Elle a de quoi, tant ses envolées vocales trouvent dans l’électricité cuivrée du BADUME’S BAND un miroir émotionnel idoine.

Clarinette, saxophone, guitare, orgue Hammond, basse, percussions et batterie (plus une autre clarinette, un sax alto et des choristes en invités) : rien ne manque pour mener à ébullition un répertoire qui combine « good old » standards (Mela Mela, rendu célèbre par Mahmoud AHMED ; Tezeta Duga Aggayu, ou encore Sabiye, une complainte écrite par Asnaqetch WORQU, inspiratrice du même Mahmoud AHMED) et compositions évidemment nourries au son éthiopien des années 1960-70 mais également par des modes azmari quasiment disparus (Korahu).

Entre la chanteuse et le septette, l’alchimie est parfaite d’un bout à l’autre, que ce soit sur des thèmes fiévreux et remuants où fusent les youyous ou sur des lamentations alanguies, des blues saillants ou des ballades chaloupées. Dix compositions (dont deux instrumentaux) alimentent ce beau disque augmenté par une piste vidéo qui permet de suivre l’enregistrement d’Addis Abeba à… Pontivy (!).

Après écoute, l’auditeur pourra se dire, comme Selamnesh, Sentun Ayehu Bante (« Avec toi, j’en ai vu de toutes les couleurs! »). C’est en tout cas un CD qui ne pouvait sortir que sur le label Innacor puisqu’il s’intitule Ale Gena, que l’on peut traduire en français par « Il y en a encore! » et en langue gallo par… « Innacor ! ». CQFD.

Stéphane Fougère

Page : https://fr-fr.facebook.com/BadumesBand/

Label : www.innacor.com

(Chronique originale publiée dans
ETHNOTEMPOS en 2011)

Laisser un commentaire