BROU-COUTON – Chansons nantaises

Print Friendly, PDF & Email
BROU-COUTON – Chansons nantaises (Autoproduction)

Ce recueil de Chansons nantaises fait suite aux Complaintes et chansons réunies sur leur premier CD douze ans plus tôt. Roland BROU et Patrick COUTON forment un duo tellement rare dans le paysage discographique qu’il serait dommage de ne pas s’attarder sur leur nouvel opus dédié à la ville de Nantes.

Aux côtés de chants nouvellement écrits pour l’album, on retrouve plusieurs textes issus de cahiers de chansons ou de feuilles volantes. Ces chroniques sociales et historiques, qui évoquent Nantes à travers des personnages anonymes ou célèbres, ses quartiers ou ses activités maritimes, sont portées par la voix exceptionnelle de Roland BROU et les cordes que Patrick COUTON fait vibrer sur tous ses arcs : guitare acoustique, guitare hawaïenne, banjo et autoharp décorent en effet à merveille les histoires que ses compositions et arrangements élégants et enchanteurs mettent si bien en valeur.

Invités sur trois titres, Dina RAKOTOMANGA à la contrebasse et Etienne BOISDRON à l’accordéon chromatique, soulignent la tristesse des prisonniers enchaînés sur les bateaux (À la ferraille), puis sur une belle version créolo-bretonne du traditionnel Dessus le Pont de Nantes, avec son introduction chantée en malgache. Les deux musiciens reviennent, cette fois sous le pont, pour y pêcher une habile fable pleine d’humour sur des amours de poissons (Civelle et si gentille) signée Aurèle SALMON.

Deux chansons évoquent de vrais criminels (Julien Lebreton et Le Sanguinaire Carrier) et les marins sont bien sûr à la place d’honneur avec plusieurs textes sur des anonymes, ainsi que le légendaire Roi Baco, complainte de Roland BROU, et cet optimiste Thibaud Lachance, qui part dans les colonies trouver une vie meilleure, écrit par Michel BOUTET. Ce dernier rappelle le passé négrier de la ville dans deux très belles chansons : à la fin de Dans la basse Nantes, une promenade dans les rues et le passé de la ville puis, avec finesse dans Matin Gris, qui évoque de bien belle manière l’horreur de la capture des esclaves par les blancs.

Tous ces personnages plus ou moins recommandables ont au moins un point commun : ils sont de bons vivants et aiment la bonne chère. Et c’est donc par une recette de cuisine aussi arrosée que Nantes un jour d’hiver que se termine l’album. L’Andouille de porc façon Lebas, de J. LEBAS, cuisinier de Louis XV, publiée dans son ouvrage Festin joyeux, a même fait l’objet d’un clip plein d’humour pour YouTube où Roland BROU et Patrick COUTON s’improvisent à la fois cuisiniers et acteurs.

Laissez-vous transporter par cette délicieuse et insolite visite de Nantes en chansons que nous offre le duo, à déguster avec une bonne bouteille de vin blanc.

Sylvie Hamon

Site : https://www.facebook.com/Brou-Couton-1948809982015526

Lire notre entretien avec Roland BROU.

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.