Carlos NUÑEZ – Brotherhood of Stars

Print Friendly, PDF & Email
Carlos NUÑEZ – Brotherhood of Stars
(BMG)

Lorsque l’on pense “pays celtiques”, il est rare que l’image de la Galice, cette région de la côte Nord-Ouest de l’Espagne, s’imprime immédiatement à notre esprit. On raconte pourtant que ses paysages se confondent sans gros effort avec ceux de l’Irlande. Il y a quelques temps, Bill WHELAN (“Monsieur Riverdance”) avait évoqué ce “monde perdu” de la vaste Celtie dans son œuvre The Seville Suite. Aujourd’hui, le vivier musical de la Galice fait montre d’un enthousiasme obstiné, notamment par l’en­tremise de représentants cu­rieux du monde extérieur, tel que XEQUE MATE, Xose-Manuel BUDIÑO et Carlos NUÑEZ, ce dernier ayant eu le digne privilège d’être parrainé par l’une des plus nobles insti­tutions de musique traditionnelle irlandaise : les CHIEFTAINS !

La “Confrérie des étoiles”, qui illustre le propos de son pre­mier album, est en quelque sorte ce cercle fraternel dans lequel Carlos NUÑEZ a évolué depuis qu’il a commencé à jouer de la gaïta (cornemuse galicienne) et de la flûte, c’est-à-dire à huit ans. Cinq années plus tard, en 1983, le petit Carlos accompagna l’Orchestre symphonique du Festival interceltique de Lorient pour une création de Shaun DAVEY, The Pilgrim, et gagna la considération de Paddy MOLONEY, qui eut tôt fait de l’embarquer dans les tournées mondiales des CHIEFTAINS.

La gaïta de Carlos se fit alors entendre en Europe, en Australie, au Japon, de même qu’au Royal Albert Hall de Londres et au Carnegie Hall de New-York, et apparut dans plu­sieurs enregistrements du mythique groupe irlandais, telle la B.O de L’Ile au trésor (avec Charlton HESTON), mais encore le best-seller The Long Black Veil et le der­nier, Santiago, un hommage à la musique galicienne émigrée qui valut au jeune NUNEZ d’être nommé le “septième CHIEFTAIN”.

La musique ancienne de Galice n’ayant plus de secrets pour lui – surtout après son passage au Conservatoire de musique de Madrid -, Carlos a monté son propre groupe, comprenant Pancho ALVAREZ (bouzouki, mandoline), Diego BOUZON (guitare espagnole), Enri­que IGLESIAS (violon), Fernando FRAGA (accordéon, piano) et Marcos VAZQUEZ (bodhran, percussions) ; et c’est en fils prodige qu’il s’est illustré en 1995 au 25e Festival interceltique de Lorient et qu’il y est revenu en 1997 pour présenter son premier bébé discographique, Brotherhood of Stars.

Cet album, pour lequel de gros moyens ont indéniablement été mis en œuvre, ravive les couleurs qui ont contri­bué à la richesse de la musique traditionnelle galicienne, comme le flamenco, la musique latine, cubaine, basque, andalouse, tzi­gane et irlandaise. La conjugaison s’est donc faite au pluriel…

Pour ce faire, une foule de talents des milieux concernés a été réunie, à commencer bien évidemment par les CHIEFTAINS, présents sur quatre titres, le “seul-et-unique” Ry COODER, la chanteuse espa­gnole Luz CASAL, l’ensemble cubain LA VIEJA TROVA SANTIAGUERA, le guitariste flamenco Rafael RIQUENI, l’en­semble vocal féminin XIRADELA, la chanteuse portugaise Dulce PONTES et même, ô surprise, Triona NI DHOMHNAILL et Mi­cheal O’DOMHNAILL, ex-BOTHY BAND et NIGHTNOISE ! Bref, “ils” sont une bonne quaran­taine…

Autant dire que notre nouveau virtuose de la gaïta vient de réaliser pour la Celtie du Sud ce que Dan AR BRAZ a fait pour la Celtie du Nord avec son HÉRITAGE DES CELTES. Brotherhood of Stars est d’une certaine façon l'”héritage-annexe des Celtes qu’on avait oubliés”… Sans doute conscient de ce lapsus, le guitariste breton a invité Carlos NUÑEZ pour le second album de l’HÉRITAGE DES CELTES, Finisterres.

Si les constellations se rejoignent, il faut s’attendre à passer de somptueuses nuits blanches !

Stéphane Fougère

(Chronique originale publiée dans
ETHNOTEMPOS n°1 – novembre 1997)

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.