ENSEMBLE FAWAZ BAKER – Alep-Brest

Print Friendly, PDF & Email
ENSEMBLE FAWAZ BAKER – Alep-Brest
(Hirustica / L’Autre Distribution)

Doit-on dire de Fawaz BAKER qu’il a eu plusieurs vies, ou qu’il y a eu plusieurs Fawaz BAKER dans la vie ? Il y a eu le Fawaz BAKER architecte à Lyon, auteur de projets résidentiels dans le Golfe ; il y a eu le Fawaz BAKER qui a travaillé pour l’Institut français d’archéologie orientale au Caire ; il y a eu le Fawaz BAKER directeur du Conservatoire de musique d’Alep, sa ville natale que la guerre l’avait contraint à quitter mais à laquelle il est revenu un temps, avant d’en repartir pour se diriger cette fois en Bretagne, à Brest, où il est devenu artiste associé de la fameuse salle de spectacles le Quartz, tout en ouvrant des écoles de musique dans trois camps de réfugiés au Liban et en Jordanie. Et puis il y a eu – et il y a toujours – le Fawaz BAKER musicien !

Passé de l’accordéon de son enfance au oud en touchant épisodiquement du clavier et de la contrebasse, Fawaz BAKER a exploré plusieurs musiques actuelles (blues, jazz, hard rock…), le classique, la baroque, et a fait des études de musicologie sur les influences de la musique d’Alep, qu’elles soient ottomanes, iraniennes, soufies, arméniennes, centre-asiatiques, indiennes… 

On ne s’étonnera pas que Fawaz BAKER ait aussi servi de consultant musical pour la création Elektridal de la KREIZ BREIZH AKADEMI #3 ainsi que pour le trio AKA MOON sur son projet Aka Balkan Moon / AlefBa ; et on l’a également entendu dans l’ensemble NAWA, Ancient Sufi Invocations & Forgotten Songs From Aleppo. Mais tout cela, c’est du passé, et Fawaz BAKER est plutôt du genre à aller de l’avant et à poursuivre son chemin, lequel l’a mené aujourd’hui à fonder un ensemble qui porte son nom, en toute modestie soit dit.

Soucieux de transmettre ces mélodies traditionnelles aleppines dans un esprit contemporain, Fawaz BAKER avait présenté en 2017 une création avec cinq musiciens syriens pour faire entendre les Voix d’Alep. Cette fois, c’est sur un axe Alep-Brest qu’il a inscrit sa démarche, entouré d’un musicien syrien (le percussionniste Samir HOMSI) et de deux musiciennes françaises (Manon COURTIN à la guitare et Héléna RÉCALDE à la contrebasse).

Le titre de ce projet ne doit pas pour autant faire croire à un métissage entre musique syrienne, moyen-orientale, et bretonne. Le répertoire de l’ENSEMBLE FAWAZ BAKER reste bel et bien ce corpus d’airs traditionnels en arabe, en syriaque, en arménien, en turc ou en kurde, entendus dans les mosquées comme dans les cafés, sur les terrasses d’immeubles comme dans les églises et qui se sont transmis d’une génération à l’autre, constamment réinterprétés dans des versions neuves, témoignant d’un esprit d’ouverture et de tolérance.

Alep-Brest donc, parce qu’on ne peut assigner à une seule résidence un univers qui s’abreuve à plusieurs sources, que ce soit un chant du Xe siècle, un poème du XVIIIe siècle, une sonate de 1950, un tango argentin devenu aleppin, et aussi parce que les parties constitutives de l’ENSEMBLE FAWAZ BAKER ont eu un parcours pluri-disciplinaire : jazz manouche et musiques d’Amérique latine pour Manon COURTIN, rythmes afro-latins, mélodies andines et jazz pour Héléna RÉCALDE, tandis que Samir HOMSI est passé maître dans la pratique de multiples percussions (tablas, bendir, djembé, rek, bongo) et même du qanoun, ce qui lui a valu d’être sollicité par SAPHO, Moneim ADWAN, ou encore Ibrahim MAALOUF. Et tous chantent également, d’une seule voix chorale, comme l’exige la tradition arabe.

Avec l’ENSEMBLE FAWAZ BAKER, la tradition aleppine se fait mixte, se régénère au contact d’autres sons, timbres, rythmes, par le biais de l’improvisation, où la phrase musicale compte plus que le ton ou la note. C’est dans ce subtil équilibre entre tonalité et modalité, écriture et improvisation, qu’Alep-Brest s’épanouit, préoccupé avant tout de faire respirer une note, une mélodie, comme un espace architectural fait passer la lumière.

Il y a les maîtres de guerre, destructeurs de corps, et il y a les maîtres de musique, batisseurs dans l’âme. Fawaz BAKER est de ces derniers, usant de la musique comme une arme d’instruction massive contre l’oubli et le chaos.

Stéphane Fougère

Label : www.hirustica.com

Page : www.facebook.com/fawaz.baker.71

 

 

 

 

Un commentaire

  • De Mouctouris Philippe

    Hello Stéphane !Fawaz BAKER c’est du splendide…le charme de l’orien’y dans les feuilles !au faite t’ava Lu mon dernier mail ?amicalement Philippe

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.