Éric MONTBEL – Le Jardin des mystères

Print Friendly, PDF & Email
Éric MONTBEL – Le Jardin des mystères
(Ulysse/Nocturne)

eric-montbel-le-jardin-des-mysteresÉric MONTBEL est à la fois l’un des principaux acteurs du Centre des musiques traditionnelles en Rhône-Alpes, et l’un des musiciens qui a sorti de l’ombre la chabrette, cornemuse du Limousin, auquel on doit notamment L’Art de la cornemuse, disque sorti chez Arion en 1985 et Chabretas, les cornemuses à miroirs du Limousin, chez Al Sur.

Le Jardin des mystères, qui porte le charmant sous-titre de «Complaintes criminelles, ballades sanglantes et autres chansons sinistres…» est le fruit d’une collaboration avec les musiciens qui l’accompagnaient déjà sur le projet Le Jardin de l’Ange : noëls, cantiques, miracles et merveilles (chants sacrés de la tradition populaire française) : la chanteuse traditionnelle Sylvie BERGER, la chanteuse baroque Marie RIGAUD, Laurence CHARRIER à l’harmonium, Richard MONSÉGU aux multiples percussions (tambours, gongs, clochettes…), la jeune Elsa MONTBEL au chant et, bien sûr, Éric MONTBEL aux cornemuses, clarinettes et flûtes. Le Jardin des mystères comprend des chants populaires anciens collectés dans diverses régions de France, dont certains très rares, ou retrouvés dans des ouvrages des deux siècles derniers (Achille MILLIEN pour la plupart), et se place ainsi parmi les héritiers des groupes MALICORNE et MÉLUSINE, qui furent les précurseurs du genre dans les années 1970.

Afin d ’étoffer pour ce disque les sonorités musiciales du spectacle donné en mai 2001 au Festival du Printemps musical de Pérouges dans l’Ain (organisé par Marie RIGAUD), au Château médiéval de Chazey, le groupe est augmenté de Anello CAPUANO (musicien, comédien et metteur en scène, ayant étudié les musiques traditionnelles marocaines arabes) au oud et au saz, de Guy BERTRAND à la vielle à roue, de Françoise JOHANNEL à la harpe, ainsi que du chant de André RICROS, fondateur de l’AMTA (Musiques traditionnelles en Auvergne) et du label Silex, et auteur de plusieurs publications.

Figurent également parmi les invités Gabriel YACOUB, fondateur de MALICORNE, qui vient chanter sur deux titres, et Jean-François DUTERTRE, de MÉLUSINE, qui vient prêter sa voix au morceau Dans la Ville de Paris (qu’il avait déjà interprétée dans une autre version sous le titre La Belle qui fait la morte, sur son album Ballades françaises vol. 2 sorti chez Buda en 1999).

Les mélodies médiévales habillent des textes de chansons populaires racontant des faits divers, des contes ou des légendes : Nous sommes trois frères rappelle étrangement Barbe-
Bleue ; Les Tristes Noces, qui furent chantées dans plusieurs régions de France, fait songer à Roméo et Juliette ; La Blanche Biche, jeune fille qui se transforme la nuit en biche chassée par son frère évoque l’inceste (magnifique morceau introduit par le chant diphonique de Sylvie BERGER) ; Trois Garçons bien habillés, fait divers relatant le meurtre d’une jeune fille dans les bois, montre le goût des hommes pour les histoires criminelles, qui sont nombreuses à avoir été chantées ; Dessus la mer il y a-t’un pré, chanté par Elsa MONTBEL, évoque l’infanticide… Mariam Matrem et les vocalises de Marie RIGAUD achèvent ce disque d’une beauté rare, presque indécente, pour obtenir le pardon sans doute.

Sylvie Hamon

Laisser un commentaire