FREE HUMAN ZOO – Freedom, Now !

Print Friendly, PDF & Email
FREE HUMAN ZOO – Freedom, Now !
(Ex-Tension)

 

« Au tout début était le Rythme… » nous rappelle cette phrase, dernière d’un texte qui figure dans l’un des volets de ce digipack qui renferme une œuvre présentée comme « une aventure musicale de libération et d’émancipation ». « Que… Hein ? Quoi ? » Ah oui !, vraiment, on est désolés de bousculer votre conscience engoncée dans ses corsets routiniers et de la tirer de son douillet lit de réflexes mécaniques ! Parce que, voyez-vous, on parle en fait d’une formation française qui s’appelle FREE HUMAN ZOO et qui livre ici son second opus, Freedom, Now ! Et il y est question de « libérer la Parole, libérer le Son, libérer l’Esprit »… Forcément, ça gêne aux entournures des distractions toutes faites… Prière donc de se vous débarrasser de vos carcans avant d’entrer dans cette musique.

Aurait-on affaire à une bande de débraillés et de débauchés anarchistes qui pensent qu’il suffit de tirer la queue d’une vache et de sampler ses mugissements sur des beats programmés pour faire de la zikmu ? Non point. On parle ici d’une œuvre hautement élaborée conçue et jouée par des musiciens, des vrais qui bougent, qui transpirent… Car la liberté est à ce prix. Et ce « Zoo des hommes libres » (notez le savoureux paradoxe au passage…) est du genre à cultiver un jardin dont les graines sont plutôt diversifiées, de manière à aboutir à un environnement puissamment coloré. FREE HUMAN ZOO, c’est six musiciens et un ingénieur du son ; c’est donc un septet. On n’a pas eu le temps de voir passer son premier opus, Aïki Dõ RéMy (2014), aussi avons-nous saisi au vol sa « Liberté, Maintenant », et c’eut été dommage de s’en priver !

Un saxophone ténor, une guitare, un piano, un trombone, une basse et une batterie sont les moyens avec lesquels FREE HUMAN ZOO travaille à sa libération et concomitamment à l’émancipation de ses auditeurs, en leur livrant une mixture hybride qui puise dans de nombreux idiomes musicaux, jazz, rock, musique classique contemporaine, le tout savamment fondu dans des compositions aux respirations amples et vibrantes. Freedom, Now ! est pourvu de quatre compositions, chacune divisée en trois parties enchaînées, voire quatre parties dans le cas de la dernière, qui, il est vrai, dépasse les vingt minutes. Nous avons donc affaire à des pièces montées aux charpentes solides et aux structures sinueuses qui, évidemment, rappelle celles de ce rock dit progressif, à ceci près que l’esprit des thèmes et l’aménagement des différentes parties renvoient plutôt au langage d’un certain jazz mi-acoustique, mi-électrique, peut-être même à une sorte de jazz-rock, mais non réductible à du jazz-rock.

Le swing et le groove qui sous-tendent les lignes mélodiques invitent l’auditeur à se connecter à des pulsations profondes qui le pousseront à se perdre dans ces espaces bigarrés et ouverts où chaque musicien a le loisir de s’exprimer en soliste sans pour autant tirer la couverture de l’égocentrisme. Le FREE HUMAN ZOO fonctionne en mode collectif mais respecte les individualités, leur offre de généreux espaces de jeu qui, toutefois, sont articulés à un plan d’ensemble, une ligne directrice qui rappelle que toute liberté s’arrête là où commence celle du voisin, et que chacun doit cultiver sa liberté en restant à l’écoute de celles des autres, et en restant fixé sur une trajectoire plus générale d’émancipation.

Le FREE HUMAN ZOO se livre donc comme une vitrine façonnée par plusieurs volontés d’affranchissement musical qui se sont exprimées au cours du siècle passé, de Claude DEBUSSY à John COLTRANE en passant par le MAHAVISHNU ORCHESTRA, Steve REICH, Elvin JONES, Erik SATIE, Igor STRAVINSKY, Christian VANDER, KING CRIMSON, liste probablement non exhaustive, et qui en dit long sur la culture des musiciens du ZOO, et notamment de son directeur, le batteur et compositeur Gilles LE REST.

Il n’est que de savoir qu’Aspettando la Primavera est dédiée à Aldo ROMANO, que Borokoni est inspiré d’un morceau traditionnel guinéen, que Maniacus rend hommage aux « chers petits disparus», et qu’Amour moteur, Matrice se veut être un hymne à la passion pour deviner que la grille de lecture de la musique de FREE HUMAN ZOO peut se faire à différents niveaux. Et il n’est que de l’écouter et de s’imprégner de son caractère jubilatoire intrinsèque pour réaliser qu’il n’y a là nulle fausse prétention, juste une sincérité d’approche absolue.

Les amateurs avertis de sons exigeants n’auront pas manqué de remarquer que Freedom, Now ! est paru sur Ex-Tension, sous-label de Seventh Records, la maison-mère d’un certain groupe français qui a dédié son œuvre « à vie, à mort, et après ». Lui nous parlait d’une autre planète. FREE HUMAN ZOO nous parle d’ici, de cette bonne vieille Terre, d’un enclos sans barrières qui tutoie l’étoile et le minéral aux travers de rythmes effrontés et chaloupés. À chacun de les faire sien. Freedom, Now ! vous y aidera grandement.

Stéphane Fougère

Site : https://www.freehumanzoo.com/accueil

Label : www.ex-tensionrecords.com

 

 

 

 

 

Un commentaire

Laisser un commentaire