MACHINE MASS – Plays Hendrix

Print Friendly, PDF & Email
MACHINE MASS – Plays HENDRIX 
 (Moonjune Records)

Il faut avoir un culot énorme pour monter sur scène et interpréter les uns après les autres des standards de l’immense et regretté Jimi HENDRIX. Mais si MACHINE MASS se le permet, c’est qu’il sait pouvoir le faire techniquement parlant et sans trahir l’esprit du génial guitariste. Pour mémoire, MACHINE MASS est un trio constitué du guitariste liégeois Michel DELVILLE épaulé de l’américain Tony BIANCO à la batterie et du belge Antoine GUENET aux claviers.

Même quand est un trio de musiciens très aguerris, s’attaquer au répertoire de Jimi HENDRIX, qui est juste le meilleur guitariste de tous les temps, ça comporte deux risques aussi redoutables l’un que l’autre. Le premier est d’être malgré tout intimidé et de rester un peu trop dans les pas du fantastique Jimi. D’où la possibilité d’un album respectueux, certes, mais assez fade au final. Le second risque est de trop en faire et de se perdre dans un flot de notes et de stridences sans intérêt. 

Michel DELVILLE et ses compères ne sont tombés ni dans l’un, ni dans l’autre de ces pièges. Ils s’aventurent dans nombre d’improvisations virevoletantes et passionnantes, mais sans jamais oublier de souligner la beauté, la force ou même quand il le faut la violence des mélodies.

De fait, MACHINE MASS demeure impérial et mieux encore, inventif et volubile, quand il se lance dans un Third Stone From The Sun ou un Purple Haze. Et ça, ce n’est que le début des réjouissances, parce qu’après s’alignent d’autres sommets tels que Spanish Castle Magic, Voodoo Chile ou encore The Wind Cries Mary.

Le climax de ce très bel album est certainement ce You Got Me Floatin’ de 11 minutes où l’intelligence des improvisations déployées force carrément l’admiration. Pour un album en l’hommage du maître absolu de la six-cordes, c’est parfaitement réussi ! Allons au-delà.

Dépassant le simple hommage, Michel DELVILLE, Tony BIANCO et Antoine GUENET nous offrent d’authentiques moments d’anthologie. Jimi n’est pas mort ! Son esprit est toujours là, qui inspire encore et encore les musiciens audacieux qui cherchent à suivre ses merveilleux sentiers !

Frédéric Gerchambeau

Page : https://thewrongobject.bandcamp.com/album/plays-hendrix

Label : www.moonjune.com

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.