Majid BEKKAS – Magic Spirit Quartet

95 vues
Print Friendly, PDF & Email
Majid BEKKAS – Magic Spirit Quartet
(ACT Music)

Nord et Sud sont-ils voués à demeurer des pôles culturels antinomiques et irréconciliables ? Ce projet de fusion musicale que porte le MAGIC SPIRIT QUARTET tend à prouver que non, puisqu’il fait jouer ensemble un compositeur, chanteur et multi-instrumentiste marocain et trois musiciens de jazz scandinaves. Encore que, à y regarder de plus près, la rencontre qui s’illustre ici serait plutôt du genre à incarner une “fusion des pointes nordiques”, la pointe nord-européenne et la pointe nord-africaine, soit la péninsule scandinave et la chaîne du Haut-Atlas marocain. Le “pont musical” entre ces deux extrêmes géographiques a donc intérêt à être solide ! Mais qu’à cela ne tienne, les “batisseurs” réquisitionnés pour ce projet ne sont pas nés de la dernière pluie ! C’est donc un grand émissaire des métissages entre musique arabo-berbères et bues afro-américain qui se trouve à la tête de cette création, à savoir Majid BEKKAS, chantre de l’”African Gnaoua Blues”.

Familier des musiques du désert sub-saharien, formé aux gammes pentatoniques des confréries gnaoua comme au langage de la soul et du blues, Majid BEKKAS a notamment fait ses classes dans NASS EL GHIWANE, rénovateur du chaâbi marocain dans les années 1970, avant de former ses propres groupes (YOUBADI, GNAWA BLUES BAND), avec lesquels il souligne la filiation entre ces cultures musicales nées de l’esclavagisme. De plus, il s’est connaître sur la scène jazz internationale en multipliant les rencontres avec les créations avec Joachim KÜHN, Ramon LOPEZ, Pedro SOLER, Benat ACHIARY, Flavio BOLTRO, Klaus DOLDINGER, Louis SCLAVIS, Serge ADAMS, Benoît DELBECQ, Philippe FOCH, Manuel HERMIA, Archie SHEPP, Pharoah SANDERS… dois-je en ajouter ? Naturellement, plusieurs de ses albums ont été primés…

Au sein du MAGIC SPIRIT QUARTET, Majid BEKKAS croise donc avec un autre artiste très primé de la scène jazz suédoise, le trompettiste Goran KAJFEŠ, lui aussi très porté sur les sons d’ailleurs, notamment africains et moyen-orientaux, et fondateur des groupes ODDJOB, TROPIQUES et SUBTROPIC ARKESTRA, dans lequel se commet également son compatriote et complice claviériste Jesper NORDENSTRÖM, que l’on retrouve également dans le MAGIC SPIRIT QUARTET. Et bien entendu, Majid BEKKAS a régulièrement été invité par le SUBTROPIC ARKESTRA. C’est dire si les protagonistes du MAGIC SPIRIT QUARTET se connaissent bien. Pour cimenter cette “fratrie spirituelle”, c’est au batteur et percussionniste danois Stefan PASBORG qu’il a été fait appel, reconnu comme l’un des plus intéressants batteurs sur le continent européen.

Majid BEKKAS donne donc le “la” de cette collision entre deux mondes, puisque le répertoire du MAGIC SPIRIT QUARTET s’appuie en large partie sur la musique tradiitonnelle marocaine, réarrangée bien spur pour ce quartette, et intègre deux compositions de BEKKAS plus une pièce conçue collectivement.

D’emblée, l’imposant Aicha nous plonge dans l’atmosphère si extatique des “lila”, ces rituels de guérison gnaoua pratiquées en nocturne : le son rond et sec du guembri de Majid BAKKAS, sa voic chaude et sensuelle installent le décor sans fioriture, la trompette de Goran KAJFEŠ fait poindre des rayons de lumière possédée, le piano de Jesper NORDENSTRÖM gambade de dunes en dunes, Stefan PASBORG fait frétiller ses cymbales et caresse ses fûts, la transe s’installe lentement, infuse, s’anime et se met même à bouillir dangereusement dans le dernier tiers du morceau, avec le renfort de chœurs masculins typiquement gnaoua, projetant l’auditeur dans un état second qu’il ne quittera à vrai dire plus vraiment durant tout le disque !

L’association guembri, trompette, piano et batterie génère des visions aussi racées qu’hybrides, mais les quatre acolytes avent aussi varier leurs combinaisons instrumentales. C’est ainsi que, sur Hassana, Majid BEKKAS s’exprime sur une guitare électrique, tandis qu’à la cantonade, un orgue métamorphose l’horizon, tandis que la marche “chamelière” de Stefan PASBORG s’autorise quelque errance contemplative, avant de repartir au trot…

Sa frappe plus affirmée sur Bania fait virer le climat du lila, toujours porté par la voix de BEKKAS et un chœur d’hommes, en une transe funk plus orientée pour les “dance-floors”, avec cette touche futuriste au synthétiseur, contrebalancée par la touche plus rustique suggérée par les crotales de fer “qarqabu”. Là, c’est clair, notre séjour prolongé dans le désert saharien commence à générer de troublants mirages !

Une ambiance plus blues s’installe avec Chahia Taiba, une méditation cette fois tracée aux arabesques du oud de Majid BEKKAS, et aux envolées plus vespérales de Goran KAJFEŠ, alors qu’une nappe de synthétiseur transperce l’azur telle une comète…

Mrahba est l’autre grande chevauchée progressive du disque, avançant dans la transe par paliers, et qui confirme l’esprit de connivence quasi mystique entre les trois Nordistes européens et le “mâalem” marocain. Annabi calme le jeu en révélant un autre climat de lamentation blues, durant laquelle des percussions feutrées (balafon ?) sont préférées à la batterie. Et c’est en roue libre que le MAGIC SPIRIT QUARTET achève sa cérémonie avec une pièce d’allure spontanée qui porte ses initiales (MSQ), ou comment glisser sa carte de visite avant de sortir…

Passée de fjords en massifs montagneux nord-africains et sables subsahariens, le métissage sonore du MAGIC SPIRIT QUARTET nous fait passer par tous les extrêmes de la transe gnaoua, célébrant on ne peut plus judicieusement l’inscription récente de la musique “tagnaouite” sur la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO (il était temps !).

Stéphane Fougère

Page : www.autrerivage.com/fr/artistes/magic-spirit-quartet

Label : www.actmusic.com

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.