MILLADOIRO – 25

Print Friendly, PDF & Email
MILLADOIRO – 25
(Discmedi)

La vague celtique des années 1990 aura eu beau permettre de révéler et de fabriquer le succès d’un Carlos NUÑEZ et de pousser sur le tard des personnalités comme Susana SEIVANE, Xosé-Manuel BUDINO ou le groupe BERROGUETTO, elle n’aura guère permis de rappeler l’importance du groupe vétéran MILLADOIRO dans le développement de la musique traditionnelle galicienne.

Dans l’hexagone, la formation ne s’est guère produite à doses régulières et soutenues dans les lieux de concerts et festivals estampillés “celtique”, une portion congrue de sa discographie est timidement distribuée sur le marché, l’autre partie (majeure) restant introuvable… Difficile dans ces conditions de se rendre compte et de la place et du rôle joué par le groupe dans la diaspora des musiques de la Celtie du Sud.

Les choses pourraient peut-être changer avec ce nouvel album puisqu’il se présente comme un regard sur le passé du groupe qui, mine de rien, fête déjà ses 25 ans de dévouement à la cause de la musique traditionnelle celtique de Galice. On ne s’était pas doutés d’une telle longévité, et pour cause…

Résumer un quart de siècle d’existence, mille concerts à travers le monde et 17 albums, voilà l’insurmontable tâche que s’est donné ce bien-nommé 25 (prononcez “vintecinco”). Voilà bien le genre même de gageure typique de n’importe quelle compilation. 25 en est donc une ? En partie oui. Disons que MILLADOIRO dans sa formation actuelle nous propose de dépoussiérer le rétroviseur, d’exhumer quelques pièces d’anthologie pétries de mémoire.

Ces thèmes, en majorité traditionnels, ont permis à MILLADOIRO d’illustrer sa spécificité sonore à travers des arrangements qui incarnaient une certaine idée de la modernité de la musique galicienne. Cette modernité, MILLADOIRO, ne l’a pas revendiqué en ayant recours à l’électrique ou à l’électronique, mais au contraire en privilégiant l’acoustique, avec gaitas et hautbois, flautas et clarinette, mandoline et ocarina, harpe et cromorne, bouzouki et percussions, et un soupçon de claviers…

Aux exercices de style effrénés et autres courses à la vitesse, MILLADOIRO préfère la vivacité intériorisée, la poésie intimiste, les effluves liturgiques, le frisson solennel… en somme une sorte de “trad’ de chambre” à l’impressionnisme riche en nuances de couleurs.

MILLADOIRO, c’est aussi une histoire de rencontres continuelles, et c’est cet esprit que représente aussi 25 puisque le groupe y a convié quelques artistes féminines renommées qu’il apprécie particulièrement. De-ci, de-là, on entendra donc Anxo PINTOS et Susana SEIVANE, deux compatriotes qui partagent avec MILLADOIRO la nécessité de l’enracinement et le goût pour l’innovation, mais aussi deux Américaines, la violoniste Eileen IVERS et la flûtiste Rhonda LARSON, ainsi que la chanteuse italienne Claudia FERRONATO, du groupe CALICANTO.

Autant de parfums bienvenus dans un album de souvenirs revisité qui est loin de sentir le grenier. Le livret retrace année par année les événements importants vécus par le groupe et comprend de nombreuses coupures de presse et photos. De son blanc immaculé, la pochette semble nous dire que, 25 ans après, MILLADOIRO n’a pas pris la poussière et fait toujours rayonner l’âme du peuple galicien, entre histoire vécue et chemin à tracer.

Druidix

Site : www.milladoiro.com
Label : www.discmedi.com

(Chronique originale publiée dans
ETHNOTEMPOS n°18 – janvier 2006)

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.