QUAD SAX – Quad Sax

Print Friendly, PDF & Email
QUAD SAX – Quad Sax
(Replica)

 

Si le nom de QUAD SAX ne vous dit rien, celui du compositeur Gilbert ARTMAN vous en dira peut-être davantage, à condition de remonter quelques années en arrière. C’est en 1970 que Gilbert ARTMAN forme le groupe LARD FREE, auteur de quatre albums, dans lequel Richard PINHAS fit quelque apparition en 1975. Puis il participe à différents projets, dont le CLEARLIGHT SYMPHONY de Cyrille VERDEAUX, VIDÉO-AVENTURES, CATALOGUE avec Jac BERROCAL et Jean-François PAUVROS…

Sa principale réalisation reste la formation du groupe de saxophonistes URBAN SAX à la fin des années 1970, qui accueille jusqu’à une trentaine de souffleurs, jouant chacun à l’occasion de plusieurs saxophones, pour des mises en espace sonores dignes d’une «odyssée de l’espace». URBAN SAX réalisa des commandes pour divers festivals et inaugurations dans le monde entier, parfois en accueillant des quatuors (cordes, claviers, percus) et des musiciens traditionnels des cinq continents.

La formation QUAD SAX est donc une structure allégée de URBAN SAX, qui reprend cette idée de mise en espace avec seulement quatre saxophonistes, Fred AQUAVIVA, Alain DOUCHET, Sébastien JALLIER et Philippe BOLLIET qui utilisent toute la gamme de saxophones (ténor, soprano, alto, baryton) sur des compositions de Gilbert ARTMAN. Un certain Bilgert NANTRA (anagramme de qui ?) officie aux percussions électro.

Ce disque paru en CD en 2002 sur le défunt label Spalax est depuis fort longtemps épuisé. Il est aujourd’hui réédité uniquement en format LP et en fichiers numériques par le label Replica.

Il est évident que QUAD SAX est loin d’être une formation de jazz classique. Sur les traces de l’immense URBAN SAX, ses nappes de saxophones entremêlées naviguent entre ambiant, contemporain, minimalisme et space-jazz sur un océan imaginaire. Différent certes de son illustre modèle mais sa musique nous enveloppe tout autant. Les quatre saxophonistes nous offrent un nombre illimité de paysages sonores passant d’hypnotiques à étranges, voire inquiétants avec des incursions de percussions électroniques obsédantes et des motifs répétitifs, ou bien parfois faussement apaisants car les décors et les climats ne cessent de changer tout au long des neuf titres de l’album. On sait que le calme n’est que temporaire et on ne peut prévoir ce qui va surgir tellement la palette sonore est vaste et colorée et surtout pleine de surprises avec des saxophones qui ont le pouvoir des champignons hallucinogènes. Cette grande galette verte de vinyle est à consommer sans modération.

Par rapport à la version CD de 2002, un morceau a été déplacé et la longue pièce finale qui porte bien son nom, Crème fouettée, a subi un régime amincissant de 2 minutes. Le tableau qui figurait sur l’avant de la pochette et les textes du livret d’origine ont été conservés pour ranger le vert LP bien au chaud dans des couleurs psychédéliques rouge, verte et bleue. La pochette arrière, cerise (rouge vif) sur le gâteau, nous offre quelques photos inédites donnant une idée de ce à quoi ressemble l’ovni QUAD SAX en concert.

Sylvie Hamon

En écoute et en vente ici : https://replicarecords57.bandcamp.com/album/quad-sax

Label : https://replicarecords57.bandcamp.com/

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.