R. Carlos NAKAI QUARTET – Ancient Future

Print Friendly, PDF & Email
R. Carlos NAKAI QUARTET – Ancient Future
(Canyon Records)

Suite aux deux Grammy Awards qu’il a remportés l’an dernier, l’ubiquiste flûtiste navajo aurait pu décider, avec l’approbation générale, de s’éloigner quelque peu des studios d’enregistrement afin de briguer un répit légitime. (C’est qu’il en est quand même à sa trentaine d’albums !) Il n’en est rien. Encouragé par une muse invariablement fidèle et dont les charmes se renouvellent et se déploient toujours plus sous des formes constamment différentes, R. Carlos NAKAI a cette fois réactivé sont téméraire quartet, déjà auteur de deux albums (Kokopelli’s Café et Big Medicine), pour une nouvelle expédition aux confluences de la mémoire sonore amérindienne et d’un certain jazz dont les inflexions improvisatrices effacent sans vergogne les balises des dichotomies trop têtues.

Il n’est plus question ici de choisir entre tradition et modernité. À l’aube du nouveau millénaire, le NAKAI QUARTET esquisse les reliefs d’un futur à l’ancienne nourri des trajectoires et des expériences de chacun de ses membres.

Depuis l’album précédent, Big Medicine (1998), le R Carlos NAKAI QUARTET s’est stabilisé autour d’Amo Chip DABNEY (claviers, piano, basse, saxophones), de Will CLIPMAN (Tao drums, gongs, caxixis, cloches, bodhrans, agogos, balafons…) et de Mary REDHOUSE, qui alterne la guitare basse et le chant, dont elle explore plusieurs possibles du scat singing au cri animal ou volatile. Quant à R. Carlos NAKAI, non content de nous éblouir avec son impressionnante collection de flûtes, il éprouve aussi son souffle à la trompette : histoire de rappeler qu’il a aussi travaillé avec Don CHERRY !

La poly-instrumentation étant de rigueur, on comprend à quel point il est futile de vouloir ramener cette formation à une case stylistique bien définie, d’autant que le NAKAI QUARTET s’amuse manifestement à multiplier les entrelacs entre ses acquis ethniques et ses propensions jazzy sans jamais repasser deux fois au. même endroit. Ainsi, la tonalité d’ensemble de cet Ancient Future diffère-t-elle de Big Medicine par son ancrage encore plus marqué dans l’amérindianité, encore qu’il serait vain d’y chercher le moindre cliché « indian spirit », cela va sans dire.

Digne héritier du trio NAKAI EATON CLIPMAN et de l’insolent groupe JACKALOPE, le NAKAI QUARTET, s’il bénéficiait d’une réelle distribution et promotion sur notre continent, pourrait accéder bien vite au rang des indispensables en matière de métissage ethno-jazz, à l’instar de notre HADOUK TRIO national, plutôt que d’être timidement représenté dans les bacs new age de votre mégastore préféré.

Stéphane Fougère

Site du label : http://www.canyonrecords.com (extraits en écoute)

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.