Le Cirque Tzigane Romanès à Paris, La Trapéziste des Anges, décembre 2018

61 vues
Print Friendly, PDF & Email
Le Cirque Tzigane Romanès

La Trapéziste des Anges

à Paris, le 30 décembre 2018

Le cirque tzigane ROMANÈS a été fondé en 1993 par Alexandre ROMANÈS, issu du milieu du cirque et également écrivain et poète (il fut un proche de Jean GENET), avec sa femme Délia ROMANÈS, chanteuse tzigane originaire de Roumanie, qui a fui son pays très jeune pour la France. 

Longtemps installé Porte de Champerret à Paris, Le cirque ROMANÈS est désormais implanté au square Parodi, Porte Maillot, dans le 16e arrondissement de la capitale. Ce petit chapiteau de 20 mètres de haut et de 300 places assises est l’unique cirque tzigane au monde et sa renommée lui a valu de représenter la France à l’exposition universelle de Shanghaï en juin 2010. Cependant, Alexandre et Délia ROMANÈS, aujourd’hui entourés de leurs enfants et petits-enfants, ont tenu à conserver une ambiance chaleureuse et familiale sous ce chapiteau qui est resté à taille humaine.

Le cirque tzigane ROMANÈS ne ressemble à aucun cirque au monde. Ici pas de musique enregistrée ni de numéros d’égale durée. Et c’est Alexandre lui-même qui assure l’accueil, la présentation et les percussions. Un orchestre tzigane composé d’un accordéoniste, d’un contrebassiste, d’un saxophoniste et d’un guitariste se tient sur la scène durant toute la durée du spectacle pour accompagner de musique live tous les numéros et c’est Délia ROMANÈS qui interprète les chansons.

Le spectacle commence par des chants et danses tziganes et les numéros s’enchaînent ensuite sans temps mort au rythme soutenu de la musique. Des numéros de quelques minutes, parfois quelques secondes. Jongleurs, funambules, équilibristes, cerceaux de toutes tailles, cordes, chapeaux, quilles, balles… interrompus parfois par des danses et même par l’orchestre qui vient s’installer quelques minutes au milieu de la scène. La magie opère à chaque seconde.

Puis arrive dans les airs la gracieuse Trapéziste des Anges, qui est bientôt rejointe sur son trapèze par un chat. Numéro impressionnant et poétique. Le cirque n’oublie pas l’humour, avec un chat qui vient se promener parfois, en faisant le fier, sur la piste et un chien dont Alexandre ROMANÈS, dans son rôle de dresseur, a bien du mal à se faire obéir. Les animaux sont heureux ici et pas épuisés au travail, ça se voit.

Le spectacle s’achève avec une danseuse qui joue avec le feu et les chants et danses tziganes dans une belle ambiance festive. On en ressort enchanté et avec l’envie de revenir.

Article et photos : Sylvie Hamon

Page Facebook : https://www.facebook.com/RomanesCirqueTsigane/

Diaporama photos de la représentation du 30 décembre 2018 :



 


Sur téléphones portables et tablettes Androïd, le diaporama photos peut être lu avec le navigateur Puffin Web Browser.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.