Les Musiques du monde d’ici ont un prix!

Print Friendly, PDF & Email

La 20e édition du festival Villes des Musiques du monde s’est achevée le 12 novembre dernier. Outre qu’elle a représenté un excellent millésime, marqué par de belles retrouvailles avec des artistes associés de longue date, de nouveaux liens créés par-delà le périphérique avec les villes et lieux du Grand Paris (Gennevilliers, Achères et Limours), des créations originales, cette édition a été marquée par la naissance du « 1er prix des musiques d’ici ».

Voué à donner la voix aux talents émergents, aux sons et aux rythmes venus d’ailleurs et qui ont fait racine ici, en France, ce prix a mis en valeur la vitalité de la production culturelle dans nos régions, qui échappe trop souvent aux radars des circuits habituels.

40 groupes et artistes de 6 régions avaient été présélectionnés, 8 finalistes se sont produits en premières parties de concerts lors du festival, et 5 lauréats ont été désignés.

Parmi eux, on trouve le groupe NIRMAAN, que RYTHMES CROISES a suivi en différents endroits cette année. Rappelons que la musique de NIRMAAN est le fruit d’une rencontre entre l’énergie électrique des musiques amplifiées et la profondeur du chant indien de Parveen Sabrina KHAN, fille d’une bretonne et d’un grand musicien du Rajasthan, Hameed KHAN (MUSAFIR…). Félicitations au groupe pour avoir obtenu ce prix largement mérité !

Mais il faut aussi saluer l’élection de quatre autres recommandables lauréats :

Magou SAMB & DAKAR TRANSE : Guitariste et chanteur sénégalais installé à Paris, Magou SAMB propose un folk tiré du « ndeup’ », rythme traditionnel « Lébou » (les pêcheurs de Dakar) où se mêlent chants, danses et percussions. Dans DAKAR TRANSE, Magou croise les cordes de sa guitare, teintée de tradition mandingue, de mblax, de jazz et de blues, et de sa kora avec la violoncelliste classique Raphaëlle MURER.

PROJET SCHINEAR 
: Ce trio lyonnais est né de la rencontre de Liang ZHAO, un violoniste chinois, avec le guitariste-percussionniste Maxime VIDAL et l’accordéoniste et compositeur Denis SPRIET.  PROJET SCHINEAR réussit un tour de force inédit : une rencontre entre musique des Balkans, du Moyen-Orient, d’Asie, avec une énergie rock.

Serkan UYAR: Originaire de Konya, la ville sacrée des derviches tourneurs, et basé en Normandie, Serkan UYAR est une figure connue au sein de la diaspora turque. Outre sa voix impressionnante, il joue du luth baglama, du saz, de la guitare flamenca, des percussions dont il a appris la maitrise au prodigieux conservatoire de Bakou en Azerbaïdjan.

Paul WAMO : Poète-slameur kanak originaire de l’ile de Lifou en Nouvelle-Calédonie, Paul WAMO, aujourd’hui basé à Marseille, est un acteur incontournable de la scène artistique de Nouvelle-Calédonie. Il contribue notamment à populariser le kaneka, un genre musical né dans les années 1980 et lié au mouvement indépendantiste kanak. Il s’illustre par son maniement habile et expressif des mots, à l’oral comme à l’écrit. Rythmes kanak et sonorités actuelles habitent son style, ancré dans ses origines et tendu vers l’Ailleurs.

Tous ces lauréats bénéficieront d’une aide à la diffusion, d’un accompagnement média au cours de la saison 2017-18 et d’un appui spécifique dans le cadre d’un accueil en résidence dans les régions partenaires.

Enfin, prenez note et date : les lauréats se produiront dans le cadre du prochain festival Au Fil des Voix en première partie de la chanteuse algérienne Houria AÏCHI, le 31 janvier 2018 à l’Alhambra, à Paris.

 

Laisser un commentaire