Pascal LAMOUR – Yer’ Mat

22 vues
Print Friendly, PDF & Email
Pascal LAMOUR – Yer’ Mat
(L’ Oz Production / Coop Breizh)

Nous n’avions pas encore terminé de goûter les saveurs subtiles de Shamans of Brittany, le précédent album, que Pascal LAMOUR nous gratifie déjà d’un nouvel opus, au titre évocateur Yer’ Mat (à votre santé, en breton), qui est une vraie réussite.

En premier lieu, c’est le livret qui nous interpelle. Il rappelle d’ailleurs les productions du pianiste Didier SQUIBAN, à savoir des illustrations visuelles pour les différents titres de l’album. Mais cette fois c’est au Hangar’t qu’il est fait référence. Le Hangar’t est cet art pratiqué par les habitants de la commune de Nizon (près de la célèbre commune de Pont-Aven dans le Finistère) et qui consiste à utiliser des photos, d’hier ou d’aujourd’hui, de gens dans leur vie de tous les jours et les repeindre ensuite pour en faire des tableaux. Cette façon de procéder est au visuel ce que le travail de Pascal LAMOUR est à la musique.

Depuis son premier CD, Continentales, il y a plus de dix ans maintenant, Pascal n’a jamais cessé de puiser dans la musique traditionnelle bretonne (le fait de chanter en dialecte vannetais est déjà la preuve d’un attachement réel) et de l’adapter à ses recherches en matière de sons nouveaux, tout en ne refusant jamais de se laisser guider par d’autres influences. Ainsi, que ce soit sous son nom ou avec le groupe ARKAN, ses albums ont toujours été des laboratoires foisonnant d’idées.

Yer’ Mat est plus clair, plus accessible. Il poursuit cependant la démarche initiée dans le précédent disque dont il est en quelque sorte la suite logique. Et le ton est donné dès le premier titre, Marjudi. Prières chamaniques, incantations, appels à la danse, à la transe se succèdent alors tout au long des treize titres que compte l’album.

Une fois encore, la liste des instruments qu’utilise Pascal a de quoi donner le tournis (programmations, claviers, flûtes, saxo, cornemuses, bombarde, guitares acoustiques et électriques, diverses percussions, etc.). Mais il n’est pas seul dans l’aventure et de nombreux invités viennent renforcer la musique. Les deux complices d’ARKAN sont bien évidemment présents (Mourad Aït ABDELMALEK aux percussions et Eric TROCHU au mixage final). Le Bagad Ronsed Mor de Locoal Mendon (pour lequel Pascal a d’ailleurs déjà composé) intervient sur trois titres (les surpuissants Kornig an diaoul et A greiz kalon et le plus calme Diskan Kan) leur donnant ainsi une réelle ampleur.

La chanteuse galloise Ffran MAY vient prêter sa voix sur On the Other Side, et les différentes langues (breton, anglais, gallois) se croisent, se mélangent ou se répondent. On notera également la participation sur Le Petit Magistère d’Abdoul KAMAL, chanteur sénégalais vivant en Bretagne, permettant ainsi aux langues wolof et au mandingue de se marier au breton.

Shamans of Brittany s’était déjà fait remarquer, Yer’ Mat devrait enfoncer le clou et permettre enfin la reconnaissance du public. La présence de Pascal LAMOUR au grand show celtique de la Saint-Patrick à Bercy n’était que le début, et on espère que les portes des grands festivals s’ouvriront bientôt à lui.

Didier Le Goff

Site : www.pascallamour.com

Label : www.lozproduction.fr

(Chronique originale publié dans
ETHNOTEMPOS n°22 – mai 2006)

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.