SAINKHO – Naked Spirit

Print Friendly, PDF & Email
SAINKHO – Naked Spirit
(Amiata Records)

sainkho-naked-spiritC’est avec l’album Out of Tuva (1992 – Crammed Disc), produit par Hector ZAZOU et Vincent KENIS, que SAINKHO – ou plus précisément Sainkho NAMCHYLAK – fit découvrir en France ses extraordinaires talents vocaux façonnés par les ancestrales techniques de chant de son pays natal, la république de Tuva, nichée quelque part dans le grand blanc de la Sibérie.

Reconnue aujourd’hui comme l’une des représentantes internationales de ces traditions chamaniques, au même titre que les groupes SHU-DE et HUUN-HUUR-TU, SAINKHO s’est aussi illustrée avec un brio peu commun sur la scène des musiques nouvelles et improvisées, notamment avec l’ensemble TRI-O, le MOSCOW COMPOSERS ORCHESTRA, BIOSYNTES, mais aussi avec Ned ROTHENBERG, KANG TAE HWAN ou Evan PARKER, tous trois saxophonistes, ce qui n’est sûrement pas un hasard. C’est en effet avec des instruments à vent que la voix de SAINKHO joute de préférence.

On en a un nouvel exemple dans ce disque paru sur un label italien, mais dans un registre cette fois plus ethnique puisque, sur le morceau éponyme de l’album, les pâmoisons vaporeuses de SAINKHO glissent sur le souffle langoureux du doudouk de l’Arménien Djivan GASPARYAN qui résonne comme une seconde voix. Autre curiosité : le morceau From Me to You, où les aigus veloutés de la Dame ondulent entre les touches blanches et noires d’un piano.

Sur d’autres morceaux cependant, SAINKHO développe des timbres plus extrémistes. Sa capacité à passer d’un meuglement rauque quasi bestial à des stridences plus volatiles semble excéder les possibilités strictement humaines. Le plus souvent soutenue par des percussions chamaniques et des guimbardes locales et doublée par des chants de gorge mongols ou des chants harmoniques, SAINKHO présente dans ce disque des compositions où la tradition chamaniste s’exprime sans fard et la spiritualité bouddhiste est hautement célébrée. Écoutez par exemple Moon Trance et Amethyst II, où le célèbre mantra “Om Mani Padme Hum” est interprété en version touvaine.

Tout en rendant hommage aux anciens Sages ou à tel grand maître de la musique touvaine, SAINKHO marie ses audaces vocales à d’autres consonances asiatiques, comme la danse des derviches (Valley of Shadows) ou les complexes rythmiques des tablas indiens (Badjirgals Wish, Long Way Home). Éloquent de même est ce morceau où la chanteuse touvaine mêle ses plaintes animales à un chant inuit répétitif et hypnotique.

Impalpable mais intense, la dévotion dont fait état Naked Spirit peut paraître bien éloignée de nos balises occidentales ; mais comme le dit SAINKHO, il suffit d’une respiration pour rapprocher deux âmes géographiquement éloignées.

Stéphane Fougère

 

Laisser un commentaire